/news/green
Navigation

Des sacs de sable auraient permis d’éviter l’inondation de leur rue

Des résidents de la 5e avenue Nord à Roxboro sont furieux d’avoir été abandonnés

La 5e avenue Nord dans l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro est complètement submergée par les flots depuis dimanche. Le seul moyen pour se déplacer dans le secteur est par bateau.
Photo Antoine Lacroix La 5e avenue Nord dans l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro est complètement submergée par les flots depuis dimanche. Le seul moyen pour se déplacer dans le secteur est par bateau.

Coup d'oeil sur cet article

Des citoyens de Roxboro sont convaincus que l’inondation de leur rue aurait pu être évitée si leur arrondissement leur avait donné des sacs de sable lorsqu’ils le demandaient «en voyant la catastrophe arriver».

«Ça a commencé à monter en fou dans la nuit de samedi à dimanche, on avait une rivière dans la rue, raconte Jeff Arsenault, un des seuls résidents à être resté dans sa maison de la 5e Avenue Nord. Ils avaient été prévenus depuis quelques jours et on a été abandonnés.»

Selon ce dernier et sa femme Holly Arsenault, de simples sacs de sable pour bloquer la crue des eaux, disposés sur la piste cyclable à côté du chemin de fer, auraient permis de rendre la situation «bien moins catastrophique».

«Je suis furieux, car ils n’ont rien fait! Si au moins ils avaient tenté quelque chose et que ça n’avait pas fonctionné, j’aurais accepté la malchance. Là, ils n’ont tout simplement rien fait pour nous. On dit à la télé que les citoyens reçoivent des sacs de sable, mais ce n’est pas vrai dans notre cas», s’insurge M. Arsenault.

Lors du passage du Journal lundi en après-midi, la 5e avenue Nord se trouvait complètement submergée par les flots.

Le seul moyen pour se déplacer dans le secteur est par bateau, alors qu’il y a au moins 1,5 mètre d’eau dans les rues.

«Et aujourd’hui, personne fait fuckall. Les pompiers sont là et ils regardent les gens de la rue tenter de sauver ce qu’ils ont. Le bateau, c’est moi qui le fournit», rage Jeff Arsenault.

«Seulement 12 sacs»

Un autre propriétaire du secteur, Alain Furlano, a presque réussi à sauver sa maison de l’inondation.

«J’ai reçu 12 sacs de la municipalité. Seulement 12 sacs... tu ne vas pas loin avec ça. Un moment donné, j’ai désespéré et j’ai commencé à les faire moi-même, car ils ne venaient pas après plusieurs jours. J’ai failli sauver ma maison, il ne me manquait que des sacs», raconte Alain Furlano, la larme à l’oeil.

Il dit s’être «rapidement senti abandonné et laissé à lui-même».

«On me disait que ma situation n’était pas critique et ne justifiait pas d’intervention. Je leur répondais que lorsque ce serait critique, il serait trop tard pour faire quoi que ce soit. On voit ce que ça donne», déplore M. Furlano.

L’arrondissement de Pierrefonds-Roxoboro se défend de ne pas avoir agi pour les gens de secteur.

«Il aurait fallu renforcer et même allonger la digue [sur le chemin de fer]. Et une équipe de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) est débarquée pour constater les dégâts potentiels et elle aurait dit non, puisqu’on ne pouvait pas interrompre le transport», a indiqué Johanne Palladini, chargée des communications.

À l’AMT, on répond qu’une équipe s’est déplacée, mais que «l’arrondissement n’aurait pas formulé de requête officielle pour construire une digue et que la démarche avait été abandonnée», a précisé Fanie St-Pierre, conseillère principale aux relations médias à l’AMT.