/travel/destinations
Navigation

La voile, plus accessible qu’on pense

Éric Le Marec, vice-président de l’École de voile et ­bénévole.
Photo Alain Demers Éric Le Marec, vice-président de l’École de voile et ­bénévole.

Coup d'oeil sur cet article

Pour certains d’entre nous, le rêve ultime, c’est de tout larguer et de faire un long voyage en voilier. Le premier pas pourrait bien être de vous initier avec un dériveur à l’école de voile de Lachine, puis d’en louer un par la suite pour des sorties sur le lac Saint-Louis.

Pas besoin d’aller au bout du monde ni de vous ruiner. Vous pouvez voguer dès cet été: les cours commencent en juin.

Les tours du capitaine sont offerts gratuitement pour permettre un premier contact avec la voile.
Photo courtoisie Éric Le Marec
Les tours du capitaine sont offerts gratuitement pour permettre un premier contact avec la voile.

Au lac Saint-Louis

Quand je suis passé à l’École de voile pour ­rencontrer Éric Le Marec, son agent de communication, les dériveurs et catamarans remisés tout l’hiver dans leur local étaient sur le terrain près des quais depuis quelques jours. Un fort vent du sud-ouest amenait des vagues qui roulaient sur les berges.

Un vent idéal pour voguer parce qu’il est stable, me ­faisait remarquer le fier ­bénévole de l’école, Éric Le Marec, militaire des Forces canadiennes à la retraite.

Des élèves enthousiastes lors d’un cours avec un dériveur 420.
Photo courtoisie Éric Le Marec
Des élèves enthousiastes lors d’un cours avec un dériveur 420.

La flotte comprend une trentaine de petits voiliers. Des dériveurs Optimist sont destinés aux enfants pour les camps d’été.

Il y a aussi des dériveurs 420 dotés de deux voiles, ­utilisés pour l’initiation des enfants plus vieux et des adultes. Pouvant être plus ­rapides, des Laser 1, soit à une place, servent à la fois aux débutants et à des plus expérimentés.

Des dériveurs à une place comme celui-ci sont aussi utilisés pour les cours.
Photo courtoisie Éric Le Marec
Des dériveurs à une place comme celui-ci sont aussi utilisés pour les cours.

Cours et location

Pour savoir si vous êtes à l’aise sur l’eau, profitez des tours du capitaine, à bord d’un Mistral qui embarque jusqu’à huit personnes. La ­balade dure 20 minutes et c’est gratuit.

Un cours de base pour ­dériveur avec un groupe de 4 à 10 personnes s’échelonne sur 20 heures, réparties sur trois jours le week-end. Une fois votre certification Voile Canada 1 obtenue, vous êtes autorisé à louer un dériveur et ainsi à voguer seul ou avec d’autres quand bon vous ­semble.

École de voile de lachine

  • Cours de base avec dériveur: 20 heures, 350 $
  • Location (2 places): 35 $/heure, 90 $/3 heures
  • Camp d’été: 230 $/semai­ne

514 634-4326, www.voilelachine.com

D’AUTRES IDÉES POUR LE WEEK-END

 
Longueuil nature
 
Quand on marche au parc ­Michel-Chartrand, on croise souvent des chevreuils, des bernaches ou d’autres ­oiseaux. On s’y rend aussi pour courir, patiner ou ­pédaler. Gratuit.  
 
 
À vélo à Ottawa-Gatineau 
 
Dans la région de la capitale du Cana­da, le réseau cyclable comprend 600 km de pistes! Un vélo hybride convient, sauf dans le parc de la ­Gatineau, où les pentes sont nombreuses. 
 
 
Le temps des trilles
 
C’est la période de la floraison des trilles aux abords des sentiers des érablières. On en voit habituellement au Centre écologique Fernand-Seguin, derrière le Centre multisports de Châteauguay.