/sports/fighting
Navigation

Singapour attend Jonathan Meunier

Le combattant québécois poursuit son cheminement en UFC

Jonathan Meunier
photo courtoisie Jonathan Meunier affrontera Li Jingliang à Singapoure le 17 juin.

Coup d'oeil sur cet article

Jonathan Meunier ne recule devant aucun défi, peu importe l’endroit sur le globe où son adversaire l’attend dans l’octogone. Pour son troisième combat, c’est à Singapour que le combattant se produira dans le cadre du gala UFC Fight Night 111, le 17 juin.

Pour l’occasion, Meunier (1-1) se mesurera au Chinois Li Jingliang (4-2), qui est sorti victorieux de ses deux derniers combats par K.-O. Les récents efforts de Jingliang lui ont d’ailleurs récemment valu un contrat de quatre ans de la part de la plus prestigieuse organisation professionnelle en arts martiaux mixtes.

«Dès que j’ai été approché pour ce combat, j’ai dit oui. J’aime bien l’adversaire qu’on me propose. C’est un droitier et il a la même grandeur et le même style que celui que j’ai battu à mon dernier combat (Richard Walsh). Je m’attends à être très diversifié dans mes attaques. Je vais alterner ma gauche et ma droite jusqu’à ce qu’il soit perdu», a lancé Meunier.

Cap sur l’Asie

Celui qui se bat sous le surnom de «French Spider», en l’honneur de son isole Anderson Silva, avait remporté sa première victoire en novembre à son deuxième affrontement, en Australie.

Il s’improvisera de nouveau globe-trotter en vue de son prochain défi, sans jouer les touristes. Dès le 3 juin, il s’exilera temporairement pour la Thaïlande, où il retrouvera celui qui était son partenaire d’entraînement à Montréal, Nordine Taleb.

«Nordine a déménagé là-bas et je sais que je travaille bien avec lui. Ça me permet de m’acclimater au décalage horaire et à la chaleur de l’Asie. Je n’ai encore jamais vécu l’expérience d’un combat dans ce coin-là, mais de ce que j’en sais, c’est sacré en Asie. Puisque j’affronte un Chinois, je m’attends à ce qu’il y ait facilement 15 000 personnes dans la place. J’ai hâte de vivre ça», a-t-il spécifié au sujet de face-à-face qui se déroulera au stade intérieur de Singapour, à Kallang.

Pas dépaysé

Heureusement pour Meunier, il ne plonge pas totalement en terrain étranger. Li Jingliang est déjà grimpé dans l’octogone contre Nordine Taleb, ce qui devrait assurer au Québécois une préparation optimale.

«Ce ne sera pas de l’inconnu. On parle d’un combattant assez standard qui n’est pas un maître technicien, mais qui est solide dans tout ce qu’il fait. En six combats, personne n’a été capable de l’expédier au tapis, donc je ne m’attends pas à réussir un K.-O. Mes deux combats en UFC sont les deux seuls qui ont franchi deux rondes, donc ce sera parfait pour aller chercher du volume», a-t-il analysé.

La victoire enregistrée par Meunier en novembre est survenue par décision unanime.