/sports/fighting
Navigation

Alvarez aurait pu bloquer le duel de Stevenson

Même s’il gagne contre Pascal, son duel de championnat pourrait être repoussé

Eleider Alvarez
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Eleider Alvarez

Coup d'oeil sur cet article

«S’il avait voulu, Eleider Alvarez aurait pu refuser qu’Adonis Stevenson affronte Andrzej Fonfara le 3 juin. Toutefois, il ne l’a pas fait.»

Le président du World Boxing Council (WBC), Mauricio Sulaiman, est clair, ­Alvarez a une part de responsabilité dans le fait qu’il n’a pas encore affronté Stevenson dans un combat de championnat du monde.

Rencontré par Le Journal de Montréal à Las Vegas la semaine dernière, ­Sulaiman a été catégorique au sujet de la situation entourant son champion des mi-lourds.

«On a perdu un an à attendre après la décision de Sergey Kovalev pour un combat d’unification avec Stevenson, a précisé Sulaiman. Pour ce qui est ­d’Alvarez, on ne peut rien faire s’il accepte de mettre son titre en jeu afin de se mesurer à Lucian Bute ou à Jean Pascal.

«S’il est tanné d’attendre, il n’a qu’à ­envoyer une lettre au WBC.»

Alvarez a semblé surpris par les ­propos de Sulaiman mardi, alors qu’il a participé à un entraînement public dans un gymnase de Laval.

«Après le combat contre Bute, je devais affronter Stevenson, mais ça n’a pas fonctionné pour une raison que j’ignore, a souligné l’aspirant obligatoire. Je ne crois pas que c’est de la faute à Sulaiman dans ce dossier, mais bien celle de ­Stevenson.»

Question financière

Dans ce type de situation, le champion peut verser une compensation à son aspirant obligatoire pour qu’il puisse faire une autre défense optionnelle. Par contre, Alvarez n’aurait rien reçu de la part de Stevenson pour lui permettre d’affronter Fonfara.

Même s’il l’emporte contre Pascal le 3 juin, Alvarez pourrait ne pas affronter Stevenson à l’automne. Et la raison est avant tout financière.

Selon nos informations, Alvarez empochera plus d’argent avec sa prestation contre Pascal que s’il était impliqué dans un combat de championnat du monde contre Stevenson. On parle d’au ­minimum 50 000 $.

Tant que l’offre ne sera pas plus alléchante, le duel Alvarez-Stevenson risque de demeurer sur les tablettes. Et le Colombien de souche continuera de se battre contre des adversaires de bon calibre tout en recevant une paye ­intéressante.

Alvarez a deux objectifs pour son combat du 3 juin. Tout d’abord, en obtenant une victoire contre Pascal, il pourra accroître sa notoriété avant des éventuelles négociations pour un choc contre Stevenson.

Et le deuxième est d’être bien payé pour sa performance. Il veut encaisser assez de dollars d’ici la fin de sa carrière pour qu’il puisse se faire bâtir une maison confortable dans son pays natal. Pour le moment, il a réussi à s’acheter un terrain.

Poids à déterminer

Pour revenir à l’affrontement entre ­Alvarez et Pascal, la limite de poids a été l’un des sujets les plus discutés lors de l’entraînement public du Colombien de souche mardi.

Les deux clans sont en négociations afin de savoir si ce sera un duel à 175 lb ou un à 180 lb.

La différence est importante, car à 180 lb, le titre d’aspirant obligatoire WBC d’Alvarez ne serait pas à l’enjeu. Ce serait un gain appréciable par le ­protégé de Marc Ramsay.