/opinion/columnists
Navigation

Une étoile nommée Macron

Coup d'oeil sur cet article

Dimanche 7 mai, avant-hier, Emmanuel Macron a été élu à la présidence de la République française contre Marine Le Pen.

Avec un appui de 66 %, il s’agit d’une victoire incontestable. Mais le sens de cette victoire est moins clair.

Président

C’est une toute petite partie des électeurs qui s’est prononcée pour sa vision de la France.

Le plus grand nombre a surtout voté pour bloquer le chemin à Marine Le Pen qui, pour diverses raisons, est encore rejetée massivement par la classe politique et médiatique.

Il ne faut pas oublier non plus que beaucoup d’électeurs ont voté blanc, c’est-à-dire qu’ils ont annulé leur vote. Ils refusaient de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Qui est-il?

Inconnu du grand public jusqu’à tout récemment, Emmanuel Macron est un nouveau venu en politique, même s’il a travaillé avec François Hollande.

Économiquement plus à droite, socia­lement plus à gauche, il prétend dynamiter les clivages politiques traditionnels de la France.

Surdoué, c’est un pur produit du système français de production des élites.

Mais jusqu’ici, le commun des mortels s’est surtout passionné pour sa vie privée. La presse people en raffole.

Ce jeune président de 39 ans est marié avec son ancienne professeure de français, aujourd’hui âgée de 64 ans. Il y a de quoi alimenter la rubrique mondaine pour les prochaines années.

Certains le voient comme un frère spirituel de Justin Trudeau, même s’il est moins flamboyant. Il veut redonner de l’optimisme à son pays.

Division

Ceux qui s’inquiètent de la poussée du populisme à la Trump applaudiront. Macron se veut progressiste.

Ceux qui ont des réserves par rapport à la mondialisation qui déconstruit les peuples s’inquiéteront. Il est complaisant pour le multiculturalisme.

Le nouveau président français suscitera bien des passions, positives et néga­tives. En politique, on ne fait jamais l’unanimité très longtemps.