/sports/fighting
Navigation

«Alvarez, c’est un vrai»

Pascal s’attend à un combat difficile le 3 juin

Jean Pascal a affiché de ­l’intensité, mercredi, lors d’un ­entraînement public tenu au Centre Claude-Robillard.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Jean Pascal a affiché de ­l’intensité, mercredi, lors d’un ­entraînement public tenu au Centre Claude-Robillard.

Coup d'oeil sur cet article

Jean Pascal a fait d’une pierre deux coups lors de son entraînement public, mercredi, au Centre Claude-Robillard.

Au cours de la même déclaration, il est parvenu à lancer des fleurs à son prochain adversaire tout en écorchant le monarque WBC des mi-lourds, Adonis ­Stevenson.

«Eleider Alvarez sera un opposant très difficile à battre, a mentionné Pascal. Il a défendu sa couronne d’aspirant obligatoire plus souvent que notre champion ­national (Adonis Stevenson).

«C’est pour dire à quel point c’est un vrai. Ce ne sera pas une partie facile.»

Lors de l’entraînement public d’Alvarez mardi, le clan du ­Colombien a laissé entendre que la limite de poids pourrait être fixée à 180 lb. Ainsi, Alvarez ne mettrait pas son titre d’aspirant obligatoire en jeu.

Ça semble toutefois plus clair pour Pascal.

«L’affrontement sera à 175 lb et je crois qu’Alvarez placera sa ceinture WBC Argent à l’enjeu, a affirmé le protégé de Stéphan ­Larouche. Je vais essayer de faire de mon mieux et tenter d’avoir de l’allure.

«Je veux boxer à la hauteur de mon talent.»

Par contre, selon nos informations, les contrats des deux boxeurs ne sont pas encore signés, donc la limite de poids n’est pas encore coulée dans le béton.

Pascal moins résistant ?

Lors de ses deux combats contre Sergey Kovalev, Pascal a démontré certaines failles ­défensives.

Puis, sa mâchoire, qui a toujours été considérée comme l’une des plus solides chez les mi-lourds, a montré quelques signes de défaillance. Certains observateurs avancent même qu’il sera moins résistant aux coups de ses adversaires à l’avenir.

«On aura la réponse le 3 juin, a simplement mentionné Pascal. Pour ce qui est de mes deux combats contre Kovalev, ils m’ont apporté de l’expérience et je crois que je suis plus fort mentalement depuis ces deux revers.»

Il n’a pas tort, car Alvarez n’a pas la réputation d’être un puissant cogneur comme Kovalev ou Artur Beterbiev. Si Pascal tombe sous les coups d’Alvarez, il aurait une sérieuse remise en question à faire sur sa carrière.

Chilemba comme partenaire

Pour son camp qui se tient à Montréal, Pascal utilisera six partenaires d’entraînement, dont le Sud-Africain Isaac Chilemba.

On se souvient que Chilemba avait subi un revers serré contre Alvarez pour le titre d’aspirant obligatoire WBC des mi-lourds en 2015.

«Jean et moi sommes des amis et je tente de l’aider du mieux que je peux dans sa préparation, a souligné Chilemba, qui a été libéré par Main Events dans les derniers mois. Je crois qu’il peut gagner, car il est intelligent dans un ring et il est rapide.»

Ce qu’on retient aussi, c’est que depuis son choc avec le protégé de GYM, il a eu sa chance dans un combat de championnat du monde, mais pas Alvarez.

Et rien ne garantit à ce dernier qu’il affrontera le champion avant la fin de l’année. Il doit d’abord régler son dossier qui a pour nom Jean Pascal.