/lifestyle/food
Navigation

Solide

Le St Urbain
Photo Pierre-Paul Poulin Rocky, Lindsay, Valérie, Adam Ganten, chef de cuisine et co-propriétaire, Ariane et Vincent.

Coup d'oeil sur cet article

L’expression «solide» fait référence à la qualité d’une action ou d’une personne faisant les choses dans les règles de l’art, voire de façon exemplaire.

C’est justement la prestation que j’ai eue dernièrement au ­restaurant St-Urbain. Une ­prestation de qualité révélant ainsi le grand talent des ­cuisiniers de ce restaurant.

Style de restaurant

Ma dernière visite remonte à quelques années. J’y redécouvre aujourd’hui une cuisine plus aboutie, plus maîtrisée. On devine facilement que les personnes en cuisine savent pertinemment ce qu’elles font. Il y a tellement de réflexion dans ces réalisations culinaires et de maîtrise technique. Ça fait plaisir à voir et surtout, à goûter. Des plats aux énoncés simples, des originalités, ici et là, mais rien pour faire de l’esbroufe. Le bonheur est dans l’assiette, rien de prétentieux, juste du beau et du bon.

Décor

Si je devais nommer un point faible, ce serait le décor, mais rien pour s’en offusquer. Quoique, si vous êtes assis sur une banquette avec vue sur la cuisine, vous avez une belle vue d’ensemble. L’immense tableau noir fait office de menu, tout y est inscrit, même les vins, une belle sélection au verre d’ailleurs. Concept original, certains devront toutefois se lever pour voir le menu au mur et faire leurs choix. Mais sincèrement, le menu est tellement bien expliqué par les serveurs à la table... N’hésitez pas!

Ambiance

Parler d’ambiance lorsque vous passez une magnifique ­soirée, c’est comme demander à un enfant s’il aime le père Noël... Tout y est agréable, la décontraction du service comme son ­professionnalisme rassurent. Bref, c’était super tant dans la salle à manger, qu’à la table.

Clientèle

Agréable mélange des genres, des résidents du secteur, mais de partout aussi. Il faut dire que la réputation du chef, Marc-André Royal, y est pour beaucoup. Un chef qui développe différents commerces avec succès, dont les boulangeries La Bête à pain, juste à côté du St-Urbain et aussi à Griffintown, en sont la preuve. Le pain est d’ailleurs formidable.

Repas

Tartare de carottes, épeautre, mozzarella de bufflonne. D’une grande beauté visuelle et ­esthétique. Cette interprétation ­végétale répond exactement aux envies du moment des clients, le chef l’a bien compris. En plus, c’est délicieux. Contraste des textures, carottes cuites, crues, bien assaisonnées, c’est original et rafraîchissant!

Ravioli géant aux topinambours, champignons sauvages, chou toscan. Saveurs profondes, techniques de cuisson parfaites. Tout est là, à la fois simple dans sa présentation et complexe dans sa juxtaposition de saveurs.

Pappardelle au persil, jarret de bœuf, moelle fumée, puntarella. Un très grand plat si celui-ci avait été rehaussé par une petite note de fraîcheur, un petit zeste d’agrume, par exemple; citron Meyer, yuzu, ou même une petite gremolata fine à l’orange. Sinon, les pâtes sont exceptionnelles, faites maison évidemment. Le braisé de bœuf nous envoie au paradis des gourmands et la moelle, elle, en est une des ­meilleures que j’ai mangées ­depuis des années.

Entrecôte de bœuf, panais, chou de Bruxelles et truffe noire. Une des plus belles interprétations de ce grand classique qu’il m’ait été donné de goûter. Cuisson remarquable, les panais sont délicats, la viande est savoureuse, tendre, les petites feuilles de chou de Bruxelles donnent un soupçon d’amertume à l’ensemble, la sauce est formidable. On devine l’expérience, j’adore!

Parfait glacé à l’érable (cache-surprise!), orange sanguine, amandes salées et noix d’érable caramélisées. Une bombe, ce dessert, pour amoureux de croquants sucrés. Et variation autour du ­gâteau aux carottes, les accompagnements sont divins, le gâteau beaucoup moins. Dommage.

Service

On s’extasie facilement sur la cuisine, rarement sur le service. Le service au St-Urbain est vraiment solide, il faut le souligner lorsque cela arrive. Bravo!

Le St-Urbain

  • ★★★★

Coup de toque

De mieux en mieux. À visiter ­encore et encore.

Coup de torchon

Un gâteau aux ­carottes à revoir, ­sinon, c’est parfait.

Combien ça coûte ?

De 60 $ à 70 $ par ­personne.


L’adresse

Le St-Urbain

96, rue Fleury Ouest

Montréal H3L 1T2

Tél. : 514 504-7700