/opinion/columnists
Navigation

Une lumière de son

Coup d'oeil sur cet article

Palace de Granby, lundi soir vers huit heures et demie, j’ai été conquis. Du coup, je suis devenu country et je vais aller m’acheter un chapeau de cow-boy. C’est là que j’ai réalisé plus que jamais que j’avais ça en moi. Cette guitare qui s’impose et qui déchire tendrement, ce violon qui enchante et grafigne l’âme, et des paroles toutes simples qui disent les vraies choses. En jeans, chemise fripée et des bottes pour la bouette, on roule avec des accords qui ont cent ans, avec des rimes qui ont mille ans. C’est toujours beau et c’est plus authentique que n’importe quoi. Parti de Sept-Îles le matin, Irvin Blais m’a fait pleurer pour vrai en soirée avec sa chanson sur son père parce que, dans mon fauteuil, je voyais le mien. Manon, appuyée sur mon épaule, voyait le sien. La musique, le rythme, l’ambiance...c’était comme si je m’étais reconnu et vu à côté d’un feu avec ma blonde pis mes chums et, en même temps, j’étais dans mes pensées les plus profondes.

Au travers de ces paroles si simples et en moins de quatre minutes, j’ai vu mon enfance, mon fils, mes échecs, mes réussites et mon amour de la vie, la vie toute nue, tout humble.

J’AI BIEN FAIT

Cette soirée m’a bouleversé et je n’ai pas assez de lignes pour vous raconter. Je n’étais pas convaincu d’y aller, mais ce show country un lundi soir à Granby a réuni 900 personnes et il m’a jeté par terre. La finale avec Renée Martel, pardon Madame Renée Martel, aurait fait frémir le Québec si le show avait été à la télé. Elle a commencé en disant solennellement: «Bonsoir, mon nom est Renée, je suis alcoolique.» On arrête de boire, mais on ne guérit jamais. Message très fort.

Avec elle, et c’était plein de jeunes, on a tous chanté J’ai un amour qui ne veut pas mourir. Il ne mourra jamais.

EAU-OH

♦ Eau à vendre. Nous livrons.

♦ mpact écologique de la météo au Québec. Les crapets ne sont plus soleil.

♦ Justin est venu au Québec pour prendre quelques selpluies.

♦ Le temps décide qui arrive dans ta vie. Le cœur décide qui tu veux dans ta vie, et ton comportement décide qui reste...

♦ Eau à vendre ou échangerais contre sacs de sable.

À DEMAIN

St-Tite, je te veux!