/sports/fighting
Navigation

Georges St-Pierre surpris d’avoir été laissé de côté

Georges St-Pierre
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Georges St-Pierre

Coup d'oeil sur cet article

Le combattant québécois Georges St-Pierre se dit déçu d’avoir appris par l’entremise d’un proche que son duel contre le champion des poids moyens de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), Michael Bisping, avait été écarté par le président de la fédération, Dana White.

GSP avait déclaré il y a une semaine qu’il était prêt à affronter le détenteur de la ceinture après le mois d’octobre. Or, il semble que cela représente un délai trop long au goût de White, qui a annoncé jeudi la tenue d’un choc entre Bisping et l’aspirant numéro 1, Yoel Romero, cet été.

«Un ami m’a envoyé un texto. Je n’étais même pas au courant. Je ne savais pas s’il s’agissait d’une rumeur ou non, mais il m’a envoyé l’article. Je fus surpris», a déclaré St-Pierre au réseau Sportsnet.

«C’est triste, car je souhaitais réellement me battre contre Michael Bisping. Il voulait aussi m’affronter, a-t-il poursuivi. Parfois, dans le monde des arts martiaux mixtes, des choses sont dites sous le coup de l’émotion ou pour toute autre raison. Je comprends le point de vue [de l’UFC], mais quand ils ont organisé la conférence de presse avec moi et Bisping, ils savaient que je ne pouvais livrer le combat avant la fin de l’été. Par contre, ils ont insisté. Malheureusement, je n’ai pas de mots pour expliquer leur décision.»

Des points d’interrogation

L’athlète qui célébrera son 36e anniversaire de naissance la semaine prochaine ne sait trop ce qui l’attend.

«Je sais qu’Anderson Silva veut se battre, mais je n’avais pas de plan B. Je voulais me mesurer à Michael Bisping et vice-versa. Je n’ai pas lancé la serviette. Je n’ai pas abandonné cette idée. Et je ne crois pas que Bisping ait renoncé à cela également, selon ce que j’ai entendu, a dit St-Pierre. Je ne sais trop quoi dire. J’étais prêt pour ça et j’essayais d’ajouter du poids en suivant un plan diététique. Je comprends le fait que certains ne peuvent pas trop patienter, mais ça reste triste.»

White avait précisé jeudi au réseau FOX Sports Australia que le choc GSP-Bisping devait avoir lieu, à ses yeux, en juillet. Pour justifier ce changement de cap, il avait admis son scepticisme quant à l’intention du combattant de la Belle Province de renouer avec l’action durant l’année.

Sur le même sujet