/lifestyle/food
Navigation

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Animatrice à ROUGE FM le weekend, égérie et partenaire d’affaires de la nouvelle gamme­­ de soins pour la peau Èle par Elle R cosmétiques, maman de trois beaux enfants­­, d’une petite anima­lerie familiale, deux chats, deux chiens, rieuse et gourmande assumée, Patricia Paquin­­ n’arrête pas une seconde­­. Elle nous reçoit dans sa belle cuisine à faire rêver. 

Questionnaire gourmand

Présente-nous ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»
Photo Martin Alarie

La petite mandoline. C’est un peu déstabilisant­­ au début lorsque tu l’utilises, mais avec un peu de pratique, tu te rends compte très vite, justement, que c’est très pratique et que tu gagnes beaucoup de temps. Avec tout ce que j’ai à faire... faut choisir ses combats! (rires)

As-tu d’autres accessoires qui te facilitent la vie dans la cuisine?

Les dessous de plats en liège. J’en ai une quinzaine, ça évite de laisser des casseroles chaudes sur les comptoirs et de les abîmer. C’est aussi un incontournable pour moi pour déposer les plats chauds au centre de la table, lorsque je reçois. Bref, c’est simple, pratique et pas onéreux.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi?

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»
Photo Martin Alarie

Simplicité et participation sont les deux maîtres mots de ce que je fais, de ce que j’aime et aussi de ce qu’aiment beaucoup mes invités. Il y a beaucoup de joie à ce que tout le monde participe à l’élaboration de la soirée, du repas. Chacun fait un truc... mettre la table, couper le pain, faire le plateau de fromages ou de charcuteries, un autre ouvre les bouteilles de vin, certains demandent­­ des trucs à Louis-François (NDLR Marcotte) et d’autres à moi, comme le choix musical (rires). Bref, personne ne s’ennuie, au contraire, la bonne humeur est toujours de la soirée.

Essaies-tu tes recettes avant de les servir à tes invités?

Non! C’est bon, tant mieux, c’est raté, eh bien c’est raté... Je dis cela, mais tu sais, tes vrais amis aiment bien te taquiner­­, alors... Un jour, j’ai préparé un repas à Jessica Barker et Manuel Hurtubise, mes deux collègues de la radio­­, à ROUGE FM, et ils me parlent encore et toujours de mon repas raté... De vrais amis, quoi! (rires)

Justement, tu avais raté quoi, comme repas, Patricia?

Un bœuf bourguignon... qui n’avait pas assez cuit! Une viande dure, coriace, que tu mâches pendant un temps infini avant de pouvoir avaler ta bouchée. Eh bien, ces deux-là, ils en parlent toujours pour me taquiner, mais ils avaient bien raison, c’était immangeable!

Raconte-nous la réalisation culinaire dont tu es la plus fière.

C’est très simple, pâtes avec canard confit émietté et asperges. Un truc rapide, mais très savoureux. Je ne suis pas très patiente en cuisine, il faut que ce soit assez rapide. D’où mon loupage avec le bœuf bourguignon. Cette recette se fait vite et c’est très savoureux. Puis on ne mange pas souvent de pâtes à la maison, alors, lorsque c’est le cas, je m’arrange pour que ce soit délicieux.

Quelle est ta meilleure expérience culinaire à vie?

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»
Photo Fotolia

En Grèce, avec mes deux grandes sœurs. Je me souviens du poisson grillé que nous avons dégusté, tu ne peux pas faire plus simple, mais c’était délicieux. Comme quoi, un mets préparé avec amour, lorsque c’est d’une grande fraîcheur, c’est divin. Je suis aussi une amoureuse des salades, alors là-bas, c’était la place. La moindre petite salade­­ goûtait le ciel et le ciel était bien bleu.

Ça sentait quoi chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petite?

La cuisine simple, sans flafla, sans chichi. C’était aussi la période des années 1970 où les habitudes culinaires n’étaient pas celles d’aujourd’hui. Un peu trop cuit, souvent pareil, ça a bien changé. Sinon, la timbale de poulet de ma mère est imbattable.

As-tu un rêve culinaire? Par exemple, un resto où tu souhaites aller, un voyage, un vin rare à déguster... ?

J’ai très envie d’aller en Italie, en tête-à-tête avec Louis-François. Je sais que nous allons y vivre une grande expérience. Oui, dans les grands restaurants, mais aussi et surtout dans les petits restos en bordure du chemin et des visites... Manger dans des petits restos de village en Italie, un rêve!

Son carnet d’adresses

Restos préférés?

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»
Photo courtoisie

FoieGwa au coin d’Atwater et Notre-Dame, à Montréal, et l’Atwater cocktail club. J’ai découvert dernièrement ce restaurant et j’ai été aussi séduite par leur bar caché, juste à côté. Sinon, le Serpent, avec des copines, c’est parfait.

Resto préféré pour sortir en tête-à-tête?

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»
Photo courtoisie

Ferreira, à Montréal. Il faut dire que j’y vais très souvent. C’est aussi le restaurant où Louis-François et moi avons eu notre première date, alors, c’est un beau symbole lorsque nous y retournons. Et c’est toujours bon!

Resto préféré pour vos sorties en famille, avec les enfants.

La Cage aux Sports, à Saint-Bruno. Vraiment, avec les enfants, c’est l’idéal pour nous. Pas juste­ parce que Louis-François y est impliqué, mais c’est bon et bien agréable pour de jeunes enfants.

Boutique gourmande préférée?

Je suis très souvent au Marché Atwater. Fruits, légumes, viandes avec la boucherie de Tours ou la boucherie Claude et Henri. Aussi, les charcuteries de chez Terrines et Pâtés et la Fromagerie du Marché Atwater de Gilles Jourdenais.

Resto préféré hors Québec?

Alinea, à Chicago, avec Sébastien Benoit, son épouse et Louis-François... Un repas mémorable, toute une expérience, mais ce n’était pas très sympathique comme ambiance. Cuisine fabuleuse, mais service figé...

Vins préférés?

Je suis une amoureuse des vins du Portugal. La maison Carm est particulièrement recommandable, en blanc comme en rouge, d’ailleurs.

Produit culinaire chouchou?

Le beurre.

Recette fétiche?

Macaroni au fromage, ça plaît toujours et les enfants adorent.

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine?

«Un mets frais préparé avec amour, c’est divin»
Photo Fotolia

Du citron, de la salade. Pour mes vinaigrettes maison, il y a toujours du citron!

Gourmandise coupable?

Les chips nature, il ne faut pas que j’ouvre un sac...

Ce que tu ne peux pas manger ou que tu détestes?

Les abats en règle générale. Le boudin, par contre, j’ai ouvert mon cœur...

Ton style de cuisine préférée?

Méditerranéenne. Produits simples, frais, colorés­­... Fraîcheur égale bonheur pour moi.

Fromages préférés?

Un vieux comté de grotte, un bon parmesan, l’Alfred le fermier, le Louis D’or, l’Affine bouche, le Cru du Clocher, le Hermann... Je ne suis pas dessert, mais le fromage... Oh, là, là! Je ne peux pas m’en passer! Surtout les fromages à pâte ferme, avec les petits cristaux de sel sous la dent, du bonheur!

 

 

Sur le même sujet