/travel/destinations
Navigation

Repère de surf pour Québécois au El Salvador

Coup d'oeil sur cet article

El Salvador | Superbement situé sur la côte d’un petit pays méconnu de l’Amérique centrale, le Eldorado Surf Resort est un repère de surf destiné aux Québécois qui désirent se mesurer à une vraie vague.

Propriété de Québécois, le Eldorado Surf Resort, situé à une heure de la ­capitale San Salvador, offre tous les ­ingrédients pour se plonger dans le ­mode de vie des surfeurs. Prisé par le petit milieu du surf québécois, Le ­Eldorado a une équipe qui veut ­toutefois que son spot profite à ceux qui ­rêvent de pratiquer ce sport difficile.

«99 % des gens qui viennent ici se ­pensent meilleurs en surf qu’ils le sont réellement», lance en riant Olivier ­Dubois, propriétaire du Resort depuis 11 ans. «La vague ici est un peu forte pour un débutant et un peu facile pour un pro, sauf que c’est un bon ­compromis».

Experts et débutants

C’est pourquoi il se fait un devoir d’être «honnête» avec ses clients, d’abord en les informant avant même qu’ils réservent. Par contre, si le plus expérimenté risque de se lancer à l’eau dès son arrivée, incapable de résister à la vague qui casse juste devant lui, le ­débutant sera quant à lui pris en charge.

«Pour les débutants, on cible les meilleurs mois; novembre, décembre, janvier et février. Pendant ces quatre mois, on promouvoit les camps de surf justement parce que les vagues sont plus petites», explique Olivier. Évidemment surfeur lui-même, le proprio prend d’abord la peine de s’installer ­devant un tableau noir, sous l’ombre des palmiers et bercé par le bruit des vagues en arrière-plan, pour ­offrir un cours théorique.

La première session de surf ne tardera toutefois pas, et Olivier fait appel à des employés salvadoriens, né devant cette belle vague, pour guider les apprentis surfeurs. Les accros se ­hisseront sur la vague au rythme de trois sessions par jour, les autres ­pourront profiter des installations du Eldorado en regardant les prouesses de leur ami ou copain, verre à la main, ­juste devant eux.

Activités et gastronomie

Car Marjolaine Poulin, copropriétaire et conjointe d’Olivier, insiste: «Il y a ­aussi des gens qui font une journée de surf et disent: “Ce n’est pas pour moi.” Alors ils vont monter le volcan, faire de la motocross, ou font juste se faire ­bronzer. Il y a de quoi s’occuper facilement pour une semaine pour que le surf soit finalement qu’une partie de ton voyage», assure celle qui s’occupe de la pièce de résistance du resort: les repas.

Parce que si l’hôtel se trouve dans «le sud», l’endroit n’a rien à voir avec les «tout-inclus», à commencer par les ­soupers. Moyennant environ 20 $ US (la monnaie locale au El Salvador), ­Marjolaine – «Mao» sur le resort – ne vous offrira rien de moins qu’un souper ­gastronomique différent chaque soir.

«Moi j’aime la bouffe, et on se rend compte que c’est important en voyage, on veut avoir de la bouffe de qualité», explique celle qui applique cette idée à la lettre tout en incorporant une touche locale.

Clientèle québécoise

Depuis 11 ans maintenant, les amateurs de surf du Québec âgés de 25 à 45 ans défilent au rythme de 20 personnes par semaine à El Zonte, loin des circuits touristiques habituels.

«Le secret, c’est le spot» affirme ­Olivier, qui vante la côte Pacifique qui borde son établissement. «Ici, il y a des Québécois qui ne sont pas très bons, mais qui veulent surfer une vague avec un peu de puissance pour apprendre sans qu’il y ait trop de monde dans l’eau», ajoute celui qui ne cherche pas à faire de vague.

«Honnêtes» sur ce qu’ils offrent et convaincus qu’il est préférable de perdre une réservation plutôt que de faire vivre une mauvaise expérience, Olivier et Marjolaine souhaitent finalement que le Eldorado demeure un secret bien gardé.

 

Eldorado Surf Resort

El Zonte, El Salvador

Entre 20 et 30 places

À 50 minutes de l’aéroport (Transport disponible par ­Eldorado)

École de surf : OUI Surf