/finance/stockx
Navigation

Des fonds publics pour stimuler le privé

Des fonds publics pour stimuler le privé
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Québec, Phillipe Couillard, défend l’utilisation de fonds publics comme incitatifs pour stimuler les investissements privés au Québec.

«L’argent public est là pour servir de levier, pour déclencher l’investissement privé», a plaidé M. Couillard de passage à Montréal vendredi dernier lorsque questionné par Le Journal à ce sujet.

Pour illustrer ses propos, le premier ministre a fait valoir que les investissements totaux de 1,2 milliard $ générés par la Stratégie maritime de son gouvernement découlaient de ce type d’intervention.

«Une entreprise, pour qu’elle ait le goût d’investir, il ne faut pas beaucoup de barrières devant elle. Les entreprises recherchent la stabilité économique et politique, de bonnes politiques fiscales et la qualité du réseau d’éducation», a-t-il dit.

Philippe Couillard soutient que de plus en plus d’entreprises qui décident d’investir au Québec le font en raison de son «réservoir de talents».

Champion des subventions

Rappelons que le Québec est devenu au cours des dernières années la province championne des subventions aux entreprises au Canada.

En 2015, des données compilées par Statistique Canada démontrent que le Québec a offert 6,6 milliards $ de subventions principalement sous la forme de crédits d’impôt aux entreprises, soit l’équivalent de 794 $ par habitant.

Le montant total des subventions payées par le Québec est d’ailleurs 57 % plus élevé que la moyenne des autres provinces canadiennes.

L’Ontario, qui a pourtant vu les investissements privés bondir de 23 % depuis 2013 sur son territoire, est beaucoup moins généreux. Son aide financière s’élève à 410 $ par habitant.

— Avec la collaboration de Francis Halin