/news/education
Navigation

Plate-forme pour livres usagés

Coup d'oeil sur cet article

Adieu bazars, babillards et groupes Facebook: des entrepreneurs de Québec travaillent à l’élaboration d’une plate-forme virtuelle destinée à la vente et l’achat de livres usagés, qui intéresse déjà des institutions de la région.

Jean-Michel Veillette et Marc-Antoine Paquet sont les idéateurs d’un tout nouveau portail web nommé Lexya, qui vise essentiellement à faciliter la vente et l’achat de livres usagés dans les cégeps et les universités québécoises.

Ce processus se déroulait jusqu’ici souvent par l’entremise des petites annonces sur les réseaux sociaux ou de marchés temporaires à la rentrée des classes. «Notre objectif, c’est de mettre la plate-forme à la disposition des institutions scolaires, qui pourront l’utiliser à l’interne auprès de leurs étudiants», explique Jean-Michel Veillette.

Coup de pouce

Pour mettre à bien leur projet, le duo d’entrepreneurs s’est muni de l’expertise et des connaissances du programme d’entrepreneurship Apollo13, une division de la compagnie Spektrum Média, basée dans St-Roch.

Ensemble, ils ont élaboré un programme adapté aux besoins des étudiants, explique Georges Saad, cofondateur de Spektrum Média. «En se collant aux institutions, on est capables d’aller se coller aux informations des étudiants», avance-t-il.

«À la fin d’une session par exemple, l’étudiant inscrit à tel cours pourrait recevoir un courriel qui demande s’il est en possession de tel ou tel livre et s’il souhaite le vendre. C’est tout ce qu’il a à faire. Et s’il le vend, la personne qui vient de s’inscrire à ce même cours reçoit aussi un courriel qui dit que ce livre-là est disponible», expose-t-il.

Des intéressés

L’Université Laval, le Collège régional Champlain St. Lawrence ainsi que le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski se sont montrés ouverts au projet, confirment les jeunes entrepreneurs. Les deux premiers ont d’ailleurs signifié un intérêt marqué pour Lexya, assure M. Veillette. «Il n’y a évidemment rien de signé, mais on a de belles discussions», soutient-il.

Une version préliminaire de Lexya devrait être rendue disponible pour la session d’hiver 2018. «On compte faire des ajustements à la session d’été, pour livrer une version finale à l’automne», estime M. Veillette.