/weekend
Navigation

Un rôle sur mesure pour Mariana Mazza

Mariana Mazza
Photo courtoisie Dans la comédie policière Bon Cop, Bad Cop 2, l’humoriste Mariana ­Mazza incarne une informaticienne surdouée, mais un peu étrange, qui travaille avec les enquêteurs David Bouchard (Patrick Huard) et Martin Ward (Colm Feore). ­

Coup d'oeil sur cet article

Les débuts de Mariana Mazza au ­cinéma ne passeront pas inaperçus. Dans Bon Cop, Bad Cop 2, l’humoriste brille dans plusieurs scènes du film grâce à un rôle totalement délirant qui a été créé sur mesure pour elle. «C’est un vrai cadeau qu’on m’a fait», confie la jeune femme à propos de ce premier rôle au grand écran.

De son propre aveu, Mariana Mazza n’a pas eu à faire un grand travail de ­composition pour se glisser dans la peau d’une informaticienne surexcitée dans Bon Cop, Bad Cop 2. C’est que le scénariste et acteur­­, Patrick Huard, a imaginé ce rôle en pensant particulièrement à elle.

Comme de fait, la MC qu’elle incarne dans le film est une sorte de version geek de la Mariana Mazza qui sévit déjà sur scène et au petit écran, depuis quelques années.

«C’est un personnage qui n’est pas loin de moi parce qu’elle n’a pas de filtre, explique l’humoriste de 26 ans. C’est une fille ­intense, passionnée, qui est dans un élan de folie et qui n’a aucune demi-mesure. ­Elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle fait, et elle ne laissera pas de place à l’erreur.

«Comme c’est un personnage qui me ressemble, je n’ai pas eu besoin de ­beaucoup de préparation. On m’a ­simplement dit de rentrer dans ce ­personnage geek qui a une folie intense. Il fallait surtout que je reste ­concentrée et que je connaisse bien mes textes. Mais en même temps, Patrick aimait aussi l’idée que j’improvise un peu pour que ça soit plus naturel. Pour moi, c’était l’idéal.»

Mariana Mazza n’avait que 16 ans quand le premier Bon Cop, Bad Cop a pris l’affiche, à l’été 2010. Malgré son succès colossal, le film ne l’avait pas particulièrement marquée:

«Je me souviens qu’à l’époque, je l’avais vu comme n’importe quel autre film. J’étais au Cégep et je ne pensais pas, à ce moment-là, avoir une carrière d’humoriste. Je n’avais pas eu d’attachement particulier au film. Je l’ai revu quelques années plus tard et c’est à ce moment-là que j’ai ­compris la folie et la frénésie qui venait avec.»

Pour les bonnes raisons

L’humoriste est aussi consciente qu’à cause de l’immense succès du premier Bon Cop, les attentes sont très élevées pour la suite.

«Mais jusqu’à maintenant, si je me fie aux commentaires qu’on reçoit, je sens que les gens ont vraiment aimé le film, avance-t-elle.

«Je crois que c’est une bonne suite. Les gens ont souvent peur des suites parce qu’on a parfois l’impression que c’est un coup pour faire de l’argent. Mais dans ce cas-ci, ce n’est pas vrai. Je pense que Patrick voulait vraiment écrire un Bon Cop, Bad Cop 2, pour le public. Ç’a été fait pour les bonnes raisons. Il l’avait en tête depuis longtemps et il a pris son temps pour le faire. Ça lui a quand même pris dix ans à travailler et peaufiner son scénario.

«Je pense que les gens qui ont vu le film jusqu’à maintenant sont surpris par la qualité du film, la qualité des scènes ­d’action et la façon dont le film montre Montréal. Je sens que les gens tripent en général.»

Même si elle a aussi un rôle dans la ­comédie De père en flic 2, qui prendra l’affiche en juillet prochain, Mariana Mazza assure que le cinéma ne fait pas partie de ses priorités pour l’instant. Pour les années à venir, l’humoriste ­souhaite se concentrer d’abord et avant tout sur son premier spectacle solo ­qu’elle présente dans les salles du ­Québec depuis l’automne passé.

«C’est sûr que le cinéma m’a toujours intéressée, mais je ne pensais pas que ça m’arriverait aussi vite dans ma vie, ­­dit-elle.

«Le cinéma est quelque chose que ­j’aimerais continuer à explorer dans le futur, mais je ne dirais pas oui à ­n’importe quoi et je ne vais pas me mettre à la recherche d’autres rôles pour l’instant. Ce que je veux faire pour les mois et les années à venir, c’est me concentrer sur mon spectacle solo. Mon premier amour, c’est la scène et ça va être comme ça pour encore longtemps.»


Bon Cop, Bad Cop 2 a pris l’affiche ­vendredi.