/news/health
Navigation

Les meilleures infirmières du Québec: elle aide à accepter une mort insensée

Marie-Claude Prud’homme-Lemaire accompagne des familles en deuil d’un proche qui fait don de ses organes

Marie-Claude Prud’hom­me-Lemaire ne dit jamais non à un café ou à un dîner avec des famil­les qu’elle a côtoyées lors du processus de don d’organes.
Photo martin alarie, le journal de Montréal Marie-Claude Prud’hom­me-Lemaire ne dit jamais non à un café ou à un dîner avec des famil­les qu’elle a côtoyées lors du processus de don d’organes.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Marie-Claude Prud’homme-Lemaire marche constamment sur le mince fil qui sépare la vie et la mort en accompagnant les proches de ceux qui font le choix du don d’organes. Par son travail, ces familles réalisent que la mort la plus insensée prend une autre signification lorsqu’elle donne la vie.

Marie-Claude Prud’homme-Lemaire fait partie des 22 infirmières-ressources en don d’organes du Québec. Son rôle consiste à accompagner les familles de donneurs d’organes dans le difficile processus qui les attend.

«On est les porteurs de mauvaises nouvelles. Quand on se pointe dans un dossier, c’est qu’il n’y a plus aucun espoir au niveau curatif», explique celle qui a la lourde tâche d’annoncer les décès aux familles éplorées.

Après la triste annonce et la décision d’aller de l’avant ou non avec le don, celle qui pratique à l’hôpital Sacré-Cœur s’assure de mettre tout en œuvre pour que les volontés du défunt et de la famille soient respectées.

Musique jusqu’à la salle d’opération, haie d’honneur, même l’audio d’une partie de golf pour les derniers moments d’un passionné, Marie-Claude fera tout pour réconcilier les familles avec cette terrible finalité.

Prêts à tout

Ce désir de tout faire pour les proches a évidemment donné lieu à des scènes touchantes que l’infirmière n’oubliera jamais. «On a déjà permis à un jeune garçon d’amener sa guitare au bloc et de jouer pour son père pendant qu’il décédait, confie-t-elle. On a fait une empreinte de main du papa avec de la peinture sur la guitare avant qu’il parte. On ne peut pas rester insensible à ça. On braille notre vie, nous aussi», se rappelle avec émotion la jeune femme, qui s’émeut autant qu’au premier jour d’entrer dans l’intimité de ces gens.

Ne jamais oublier les donneurs

Et cette relation, les familles ont parfois besoin de la voir se poursuivre au-delà de ce contact rapide qui dure quelques jours à peine.

Le téléphone de l’infirmière sonne pour toutes sortes de raisons, qui ne seront jamais injustifiées à ses yeux. Parce que la ressource première des familles, ce sera toujours elle.

«J’ai eu un appel dernièrement d’un monsieur dont la conjointe est décédée il y a un an, relate-t-elle. Je lui avais dit à sa sortie de l’hôpital que s’il avait un problème, je lui réglerais. Il m’a appelé parce qu’il avait besoin de voir un psychologue. On réalise qu’on marque les gens plus qu’on le croit», affirme Marie-Claude, qui ne dit jamais non à un dîner ou un café avec des familles.

Même si elle trouve par moment difficile d’agir «seulement du côté sombre du don», l’infirmière de 36 ans entend continuer aussi longtemps qu’elle le pourra. Peut-on faire une carrière complète à côtoyer la mort de cette façon?

«Après cinq ans, je suis encore capable de faire la coupure entre le travail et la maison», assure-t-elle.

Tragique

Puis malgré l’aspect tragique de son travail, Marie-Claude Prud’homme- Lemaire ne côtoie pas que la mort. Elle travaille surtout avec la vie dans sa plus belle expression.

«On annonce un décès, c’est terrible, on est tous d’accord. Mais malgré tout, il n’y a pas de gestes plus altruistes que de penser aux gens de l’autre côté, dit-elle. Le don d’organe est souvent ciblé sur les receveurs, mais il ne faut jamais oublier que sans donneurs, ces belles histoires-là n’existeraient pas», affirme l’infirmière.

Marie-Claude Prud’homme-Lemaire

36 ans

  • Diplômée de l’Université Laval en Sciences infirmières en 2007
  • Travaille à l’hôpital Sacré-Cœur depuis 2008 et est infirmière-ressource en don d’organe depuis décembre 2011 arrivée comme un ange

«Marie-Claude est arrivée comme un ange pour nous protéger, pour prendre soin de nous. Je ne sais plus très bien à quel moment elle est entrée dans nos vies, mais ce que je sais, c’est qu’elle y est entrée tout naturellement, comme si elle avait toujours été des nôtres. Elle a tout de suite été là pour nous écouter, nous accompagner, nous protéger. Elle a été comme un phare en pleine tempête lorsqu’il fut finalement le temps de le laisser aller et lui permettre de faire ce don d’organes qui lui tenait à cœur de son vivant.»

— Aude Pelote, proche d’un donneur d’organes