/opinion/columnists
Navigation

Chaos mondial

Coup d'oeil sur cet article

Quiconque a un peu de culture historique ne peut qu’être frappé par le contraste entre le monde du début des années 1990 et celui d’aujourd’hui.

Souvenons-nous: la planète s’apprêtait à sortir de l’horrible 20e siècle. Deux guerres mondiales et une guerre froide caractérisée par la menace de la guerre nucléaire avaient épuisé l’Occident.

Paix

Désormais, il voulait vivre au rythme du commerce international et des droits de l’homme. On annonçait la mondialisation heureuse et la fin des frontières.

Il n’y aurait plus de grandes guerres. Et lorsqu’il y aurait un conflit régional, mettant en scène des peuples­­ décrétés arriérés parce qu’obsédés­­ par de vieilles rancunes, on se contenterait de l’ONU et de ses Casques bleus pour les ramener à l’ordre et les calmer.

Un jour, le monde finirait bien par ressembler au rêve porté par la chanson­­ Imagine de John Lennon.

Qui pourrait encore croire à de telles fadaises aujourd’hui?

Entre l’Amérique de Trump, la Russie de Poutine, le délire nucléaire nord-coréen, l’offensive islamiste, la montée du terrorisme et les migrations massives qui déplacent des peuples d’un continent à l’autre et promettent une révolution démographique à l’Europe, notre monde semble bien près de s’embraser.

Les peuples sont tentés par la révolte­­­­, mais ne trouvent pas souvent les bons leaders pour la porter.

Ce qui domine, c’est le sentiment d’un vaste chaos sur lequel on a peu d’emprise.

Guerre

On se demandera pourtant: faut-il s’en surprendre? La réponse est non.

La paix perpétuelle d’un monde où les peuples seraient enfin réconciliés n’est rien d’autre qu’un fantasme dans lequel viennent se lover ceux qui veulent­­ fuir la réalité.

Qu’on le veuille ou non, l’être humain­­ n’est pas une bête paisible.

Il y a des époques de paix relative. Elles sont bénies.

Il y aura toujours aussi des époques de conflit. La nôtre en est une.