/entertainment/music
Navigation

Cinq questions à Rufus Wainwright sur Montréal

Obit  McGarrigle
Photo courtoisie Rufus Wainwright

Coup d'oeil sur cet article

Artiste montréalais habitant désormais en Californie, Rufus Wainwright demeure encore profondément attaché à la métropole québécoise. L’auteur­­-compositeur fera partie du concert Bonne fête Montréal, mercredi soir, en compagnie de sa sœur, Martha, et de ses tantes, Jane et Anna McGarrigle. Le Journal lui a posé quelques questions.

Quelle chanson représente le mieux Montréal et pourquoi?

«Je suis un peu biaisé, car il s’agit d’une chanson de ma mère, Kate McGarrigle. Mais je dirais, en toute sincérité, Entre Lajeunesse et la sagesse. Parce que ça décrit l’esprit romantique de la vie quotidienne à Montréal.»

Quel concert a été le plus marquant parmi ceux que vous avez donnés à Montréal?

«Quand j’ai enfin pu donner mon opéra Prima Donna à Montréal [l’an dernier]. Ç’a été un triomphe. C’était la fin d’un long combat qui s’est terminé de belle façon pour moi.»

Comment décririez-vous la chanson québécoise à un étranger? Qu'est-ce qui la représente le mieux?

«C’est relié à la musique française, mais peut-être plus enraciné dans une tradition ancienne. C’est un sentiment qui a été perdu après la Révolution­­ française. Nous sommes un peu plus médiévaux.»

Qu'est-ce qui vous manque de Montréal lorsque vous partez à l'étranger?

«Je vis maintenant à Los Angeles et, croyez-le ou non, je m’ennuie du froid.»

Complétez la phrase: Pour moi, le 375e anniversaire de Montréal, c’est...

«Vraiment génial.»


♦ Le spectacle Bonne fête Montréal aura lieu mercredi soir, 20 h, au Centre Bell. Pour les détails: hahaha.com/fr/show/bonne-fete-montreal