/finance/business
Navigation

Les actionnaires d’Uniprix approuvent la vente à McKesson

Bloc logo pharmacie Uniprix
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 95 % des actionnaires d’Uniprix ont voté mardi en faveur de la vente de cette chaîne québécoise de pharmacies à la division canadienne de la compagnie américaine McKesson.

«Nous sommes ravis que nos actionnaires croient en l’avenir de la bannière Uniprix au sein du leader canadien de la pharmacie de détail McKesson, de même qu’en l’autonomie des propriétaires de pharmacies indépendantes», a souligné Philippe Duval, président et chef de la direction d’Uniprix, par communiqué.

Le prix payé n’a pas été divulgué par Uniprix.

Annoncée en avril à la suite d’une entente entre les deux entreprises, cette vente de la deuxième plus grosse chaîne de pharmacies au Québec avait été dénoncée par le Parti québécois et Québec solidaire.

Le PQ déplorait notamment la perte d’un «fleuron de l’économie québécoise», basé à Montréal.

«Uniprix, c'est 1,6 milliard $ de chiffre d'affaires, 4 000 emplois», avait alors expliqué le porte-parole du PQ en matière d’économie, Alain Therrien.

Arguments rejetés

Le ministre des Finances du Québec Carlos Leitao avait rejeté ces arguments du revers de la main.

«On ne va pas s’engager dans une discussion de c’est quoi une entreprise québécoise, mais je vous rappelle seulement que McKesson Canada est établie à Montréal depuis 112 ans. Alors si après 112 ans on n’est pas Québécois, ça prend combien de temps, 500 ans ?», avait alors dit le ministre libéral.

Après une première tentative ratée en 2009, la compagnie pharmaceutique McKesson Canada mettra donc la main sur les 330 pharmacies d’Uniprix, pourvu qu’elle obtienne le feu vert du Bureau de la concurrence et de la Cour supérieure du Québec.

La filiale du géant américain du même nom possède déjà 275 pharmacies Proxim dans la province et cette acquisition lui permettrait d’avoir plus de magasins que le Groupe Jean Coutu, le numéro un au Québec pour les ventes en pharmacies.