/news/consumer
Navigation

Une comédienne part en guerre contre l’alcool

Éliane Gagnon a elle-même longtemps été dépendante

Éliane Gagnon
Photo Nora Chabib Éliane Gagnon a confié au Journal qu’elle organisera dimanche soir une soirée sans alcool.

Coup d'oeil sur cet article

La comédienne Éliane Gagnon, elle-même sortie d’un problème d’alcoolisme, s’engage dans une croisade pour la sobriété en organisant dimanche un party sans alcool à Montréal.

«Il y a mille endroits pour des 5 à 7 classiques, mais aucun sans alcool où on est sûr de passer une soirée avec des gens sobres», remarque la comédienne de 31 ans, principalement connue pour le rôle de Kim Bellavance dans la série Ramdam des années 2000.

Quand elle parle de son projet, une question revient immanquablement: «À quand remonte la dernière fois que vous avez fait la fête sans boire?»

Il y a trois mois, Éliane Gagnon s’est confiée dans les médias sur son lourd passé d’alcoolique toxicomane.

Pendant 15 ans, elle a vécu sous l’emprise de l’alcool et de plusieurs drogues jusqu’à une perte de connaissance en 2016 qui lui a fait prendre conscience qu’elle devait arrêter de se détruire, car elle était «un danger pour elle et pour les autres».

Depuis cet épisode, la «party animal» comme elle se surnommait est sobre.

Touchée par les nombreux témoignages de ceux qui se sont reconnus à travers son histoire, la comédienne souhaite «se rendre utile et aider les autres dépendants qui souffrent en silence».

La soirée de cette fin de semaine servira à collecter des fonds pour le lancement de son entreprise sociale «Soberlab», une initiative d’ «après thérapie» faite d’échanges autour de la sobriété.

Cette première soirée sera suivie par une série d’événements autour de la créativité pour motiver les passions des gens aux prises avec des dépendances diverses.

Faciliter les discussions

Pendant la soirée, les participants pourront se coller des étiquettes avec les mentions «défi facile» ou «défi difficile» pour faciliter les discussions.

Nassima Bennaceur, une étudiante montréalaise de 29 ans sobre depuis 2 ans et qui participera à la soirée, trouve que «la consommation obligatoire est ridicule».

«On n’a pas besoin d’une cigarette pour aborder quelqu’un et on n’a pas besoin d’un verre pour discuter et danser». La jeune femme trouve que la sobriété en soirée permet de s’amuser sans subir les lendemains difficiles et d’économiser de l’argent à investir dans d’autres intérêts tels que le sport ou la gastronomie.

Éliane Gagnon voudrait enjoliver l’image de la sobriété pour rassembler les gens dans des lieux d’échanges sans «lubrifiant social» un peu comme en Europe ou à Los Angeles où elle sait que le concept est à la mode.

Elle propose cette philosophie de vie pour montrer que la sobriété «ça change le cours de la soirée, celui du lendemain et même celui d’une vie pour certains».


Le party à jeun aura lieu dimanche 21 mai à partir de 17 h chez Ulule, au 5248 boulevard Saint-Laurent, à Montréal.