/world/usa
Navigation

Commerce: Washington lance le processus de renégociation de l’ALENA

Pres.Donald Trump Hosts Canadian PM Justin Trudeau at the White House
Photo Mandel Ngan / AFP Donald Trump et Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON |  Les États-Unis ont officiellement lancé, jeudi, le processus de renégociation de l’accord de libre-échange ALENA, qui les lie au Canada et au Mexique et qui est régulièrement critiqué par le président Trump.

Les discussions sur cet accord signé en 1994 et accusé d’avoir précipité la désindustrialisation aux États-Unis débuteront au plus tôt le 16 août prochain, a déclaré dans un communiqué le nouveau représentant spécial au commerce extérieur américain (USTR), Robert Lighthizer.

Le nouveau représentant spécial au commerce extérieur américain (USTR), Robert Lighthizer
Photo Tasos Katopodis / AFP
Le nouveau représentant spécial au commerce extérieur américain (USTR), Robert Lighthizer

Concrètement, l’administration Trump a informé par courrier le Congrès américain de son intention de rouvrir ce vaste chantier commercial, ouvrant une période légale de 90 jours après laquelle les tractations pourront commencer avec Ottawa et Mexico.

«Aujourd’hui, le président Trump a tenu une de ses principales promesses faites au peuple américain», a commenté M. Lighthizer. «Pendant des années, les politiciens ont appelé à une renégociation de cet accord, mais le président Trump est le premier à respecter cet engagement.»

L’administration Trump assure vouloir obtenir rapidement des résultats «significatifs» pour les consommateurs, les entreprises et les agriculteurs américains, affirme le communiqué de l’USTR.

Accord critiqué

Le président Trump n’a cessé de dénoncer l’ALENA, signé par Bill Clinton côté américain, soutenant notamment qu’il s’agissait du «pire accord commercial» jamais signé par les États-Unis et menaçant de s’en retirer purement et simplement.

Cet accord, également critiqué par les syndicats, est notamment accusé d’avoir accéléré les délocalisations d’emplois vers le Mexique, où la main-d’œuvre est bien moins coûteuse qu’aux États-Unis.

Devant l’insistance américaine, le Canada et le Mexique avaient convenu, fin avril, «d’agir rapidement» pour renégocier ce traité qui couvre des pans entiers de l’économie.