/sports/opinion/columnists
Navigation

New-West répond à la nouvelle réalité

New west
Photo Julien Cabana Dans la salle d’exposition du nouvel édifice de New-West, il est possible de voir jusqu’à huit véhicules représentant les différents produits de la gamme.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques années, les consommateurs de véhicules récréatifs recherchent des unités plus petites, plus maniables, avec tout le confort nécessaire. Afin de répondre à cette nouvelle réalité, le constructeur New-West a décidé de varier son offre en proposant une gamme de véhicules pour tous les portefeuilles.

«Depuis toujours, nous sommes à l’écoute des gens afin d’offrir ce qu’ils recherchent pour leur permettre de vivre des expériences en VR intéressantes, affirme le président de la compagnie, Laurent Brochu. Nous avons toujours eu comme principe d’offrir des véhicules qui peuvent servir tous les jours et devenir une unité de camping-caravaning lorsque les propriétaires le désirent.»

Dès son arrivée sur le marché, le véhicule New-West se caractérisait par sa qualité de construction. Au départ, le concepteur de l’idée originale, Jean Dumais, voulait recréer une version nord-américaine du bon vieux Westfalia. Il a réussi à créer une référence dans le domaine. Lorsqu’il a pris en main la compagnie, M. Brochu voulait aller encore plus loin.

«Nous avions déjà des véhicules qui correspondaient à certains besoins, mais nous voulions arriver à nous démarquer encore plus dans l’industrie. Nous avons augmenté la gamme en offrant, entres autres, deux nouveaux modèles qui ont une vocation bien différente.»

Entrée de gamme et l’hiver

Jusqu’à présent, les véhicules de la compagnie se situaient tous ou presque dans une même gamme. Il fallait donc trouver le moyen d’attirer de nouveaux adeptes avec des véhicules offrant des possibilités différentes.

C’est ainsi qu’est né le nouveau Grizzly, monté sur un châssis Sprinter de Mercedes.

«Nous voulions qu’un de nos modèles puisse servir toute l’année durant. Il y a des gens qui pratiquent des activités hivernales, comme le ski, et qui voulaient pouvoir utiliser leur véhicule. Nous avons créé cette version quatre saisons très performante. Plusieurs essais ont été faits l’hiver dernier pour nous assurer que le véhicule était fin prêt. Le véhicule possède le système quatre roues motrices.»

De l’autre côté, pour rendre le produit plus accessible monétairement, la compagnie se devait de créer un modèle d’entrée de gamme.

«Nous voulions nous adresser à une clientèle plus jeune. C’est pour cela que nous avons créé notre modèle Bohème. Il contient tous les équipements nécessaires pour vivre de belles aventures et profiter pleinement du véhicule récréatif. Une fois revenue à la vie de tous les jours, la fourgonnette redevient le véhicule utilitaire que l’on connaît.»

Aller plus loin

Depuis qu’il est dans le monde des affaires, Laurent Brochu est reconnu comme un homme qui veut toujours aller plus loin. Il a choisi d’investir dans ses installations de Lévis, pour être plus performant.

«Nous nous devions d’augmenter notre capacité de production et donner un meilleur accès à nos véhicules pour le consommateur, souligne le président. Pour ce faire, nous avons investi plus d’un million de dollars dans la construction d’un nouveau bâtiment où les gens pourront découvrir nos véhicules 12 mois par année. L’ancienne salle d’exposition a été transformée en véritable chaîne de montage. De cette façon, nous sommes mieux outillés pour répondre aux attentes des consommateurs.»

Chose certaine, le manufacturier québécois a le vent dans les voiles. Avec ses nouveaux véhicules, il a élargi grandement les possibilités pour les amateurs qui veulent pratiquer différentes activités en nature. Il faut dire que parmi l’équipe de concepteurs, on retrouve nul autre que le père d’Alex Harvey, Pierre, un grand adepte du plein air, qui joue un rôle très important dans le développement des équipements des véhicules.