/news/society
Navigation

Pont Jacques-Cartier: étude sur l’impact de l’illumination

Pont Jacques-Cartier
Photo courtoisie PJCCI

Coup d'oeil sur cet article

L’illumination du pont Jacques-Cartier sera étudiée pour mesurer l’impact de la lumière et des couleurs sur le bien-être des Montréalais.

«Vous savez, quand il y a un festival, comme le Carnaval [de Québec] ou le festival des lumières à Montréal, il y a plusieurs études qui démontrent que ça aide les gens à lutter contre la dépression affective saisonnière qui vient avec les longues nuits noires», explique la professeure titulaire à l’École d’architecture de l’Université Laval, Claude MH Demers.

Son équipe a donc été mandatée par la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain pour mesurer l’effet de l’illumination sur le bien-être des habitants et touristes aux abords du pont.

«On veut voir comment ça peut inviter les gens à passer plus de temps dehors», affirme Claude MH Demers.

Toutefois, la professeure refuse pour l’instant d’expliquer comment elle évaluera cet impact. «Je pense que c’est trop préliminaire pour en dire beaucoup plus», lance Claude MH Demers.

Une firme américaine, Radiant Vision System, a été embauchée au coût 28 950 $ pour assister les chercheurs. Il a été impossible d’obtenir le montant total de la subvention, mercredi.

Pollution lumineuse

En plus de mesurer le bien-être, son équipe sera chargée de mesurer la lumière émise par le projet pour éviter l’éblouissement des usagers (notamment avec la neige en hiver) et la pollution lumineuse.

«On va pouvoir faire des tests photos pour quantifier et valider comment le pont vit dans son environnement», explique la porte-parole de la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, Julie Paquet. Le travail de l’Université Laval permettra d’apporter des ajustements à l’éclairage du pont au besoin.

Effets sur les animaux

Un second volet de l’étude, dirigé par la professeure Rosa Galvez, également de l’Université Laval, évaluera les impacts biologiques de l’illumination du pont. On veut notamment éviter de nuire aux faucons qui viennent nicher sur la structure du pont.

La vie aquatique du fleuve, sous la structure, sera aussi étudiée. «On savait, par exemple, qu’on ne voulait pas projeter la lumière vers le bas, donc vers le fleuve, pour ne pas impacter la faune et la flore aquatique», explique Julie Paquet. L’étude de Rosa Galvez viendra confirmer l’efficacité des mesures.

Une structure Mise en lumière

  • Coût total de l’illumination du pont: 40 M$
  • C’est la firme montréalaise Moment Factory qui a été chargée de l’œuvre.
  • Les Montréalais pourront admirer les couleurs chatoyantes sur le pont pour les dix prochaines années.