/24m/urbanlife
Navigation

Ville-Marie veut serrer la vis à Airbnb

Ville-Marie veut serrer la vis à Airbnb
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’arrondissement Ville-Marie veut serrer la vis à Airbnb en limitant aux artères commerciales et au centre-ville les endroits où les résidences de tourisme sont permises.

Lorsque l’arrondissement aura adopté ces modifications à son règlement, les locations Airbnb à l’extérieur des artères commerciales et du centre-ville, dans Ville-Marie, seront donc non réglementaires.

Plusieurs citoyens étaient venus se plaindre dans les dernières semaines auprès des élus de l’arrondissement des nuisances que leur causaient des locations Airbnb dans leur immeuble. Le maire, Denis Coderre, avait promis de changer la réglementation.

Plainte

Après l’adoption des modifications, l’arrondissement procédera par plainte et des inspecteurs seront envoyés par l'arrondissement pour appliquer la réglementation.

De plus, le règlement obligerait d’obtenir une autorisation écrite du syndicat de condos ou du propriétaire du bâtiment pour exploiter une résidence de tourisme dans un immeuble, et donc de louer son appartement sur Airbnb.

Il sera également toujours nécessaire d’obtenir un certificat d’occupation à l'arrondissement pour exploiter une résidence de tourisme.

Plus d'inspecteurs

«On va protéger davantage les quartiers de citoyens, a reconnu Valérie Plante, élue dans Sainte-Marie et chef de Projet Montréal lors du dernier conseil d’arrondissement. Malgré ce souci qu’on a de vouloir mieux contrôler les types d’habitation touristique, ça vient toujours en compétition avec celles et ceux qui ne vont pas nécessairement se conformer, puis vont utiliser des plates-formes de location d’appartements.»

Elle soutient que l’arrondissement devra avoir «non seulement plus d’inspecteurs si jamais [il] veut sévir, mais également avoir une stratégie claire».

Le maire a appuyé cette position et précise que le but était d’abord de s’assurer de pouvoir «protéger certains quartiers», mais qu’il y avait aussi un intérêt de la part d’Airbnb de commencer à collecter une taxe d’habitation. «Il y a une ouverture en ce sens qui va nous permettre de mieux gérer, et d’assurer qu’il puisse y avoir une cohabitation», a-t-il indiqué.