/news/politics
Navigation

Allégations d'inconduite sexuelle: l'enquête de la SQ sur Pierre Paradis est terminée

La Sûreté du Québec a terminé son enquête concernant les allégations d’inconduite sexuelle dont fait l’objet l’ex-ministre Pierre Paradis.
Photo d'archives La Sûreté du Québec a terminé son enquête concernant les allégations d’inconduite sexuelle dont fait l’objet l’ex-ministre Pierre Paradis.

Coup d'oeil sur cet article

La Sûreté du Québec a terminé son enquête concernant les allégations d’inconduite sexuelle dont fait l’objet l’ex-ministre Pierre Paradis.

«Le dossier a été soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales», a confirmé hier Marie-Josée Ouellet, porte-parole pour la Sûreté du Québec, qui n'a pas souhaité commenter davantage le dossier.

Rappelons que cette enquête s’était entamée à la fin du mois de janvier. Dans la foulée de ces allégations, Pierre Paradis avait été démis de ses fonctions de ministre et exclu du caucus libéral.

Au même moment, le député de Brome-Missisquoi était victime d’une commotion cérébrale à la suite d’un accident d’équitation. En convalescence, il n’a pu depuis assumer son rôle d’élu.

Rencontré par les policiers

L’état de santé de l’élu s’étant amélioré depuis, il a rencontré les autorités le 20 avril dernier, avait révélé Le Journal. La victime alléguée, une employée de son cabinet, avait précédemment livré sa version des faits aux enquêteurs de la Sûreté du Québec. Ces derniers devaient finaliser leur enquête, avant de confier l'affaire au DPCP.

Joint par téléphone, le porte-parole du DPCP, Jean-Pascal Boucher, a simplement confirmé que le dossier était actuellement sous analyse.

Rappelons que Pierre Paradis, âgé de 66 ans, est toujours en congé de maladie. L’Assemblée nationale a refusé de préciser si une date de retour était prévue, se bornant à ne pas commenter les «informations qui concernent directement un député».

Pierre Paradis, ancien ministre de l'Agriculture, siège à l'Assemblée nationale sans interruption depuis 1980.

Avec la collaboration de Charles Lecavalier.