/news/currentevents
Navigation

Il a tenté de noyer son chien dans une fontaine

bloc justice tribunal
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais s’en est sorti avec des travaux communautaires après avoir tenté de noyer son petit chien dans une fontaine.

«Ce n’est pas quelque chose qu’on voit souvent [devant les tribunaux], la cruauté animale», a récemment commenté Me Juliette Lucas, de la poursuite, au tribunal, alors que Darajkan Vrouyr plaidait coupable d’avoir volontairement causé des souffrances à un animal.

Vrouyr, un résident de l’arrondissement de Saint-Laurent âgé de 60 ans, avait commis son crime le 22 juillet 2014. Il se promenait avec son chien quand, pour des raisons qui n’ont pas été expliquées, il a plongé la tête de son petit chien blanc et brun dans une fontaine.

«Il a aussi frappé le petit chien plusieurs fois», a expliqué la Couronne.

Son geste n’est toutefois pas passé inaperçu. Des passants, inquiets pour l’animal de compagnie, ont appelé les policiers, et Vrouyr a été arrêté. Il a expliqué que son chien tenait un os dans sa mâchoire, mais ça n’a pas empêché les autorités de l’accuser.

«Il a dit que malheureusement, il avait fait du mal au chien», a dit la Couronne.

Le dossier a longtemps traîné devant la cour, mais au jour du procès, la semaine dernière au palais de justice de Montréal, Vrouyr a plaidé coupable devant le juge Serge Delisle de la Cour du Québec. Il se défendait seul.

Fini, les chiens

Mais s’il risquait une peine maximale de 18 mois de prison ou d’une amende de 10 000 $, Vrouyr s’en est sorti avec 30 heures de travaux communautaires.

«Je suis à l’aise avec ça, je n’ai pas le choix», a commenté l’accusé, qui vit de l’aide sociale à cause de problèmes de dos, et qui n’a pas les moyens de payer une amende.

L’accusé souffre aussi d’un trouble obsessionnel compulsif, mais on ignore si ce problème est lié à la maltraitance de l’animal.

En plus des travaux communautaires, Vrouyr devra se soumettre à une probation d’un an pendant laquelle il ne pourra pas avoir d’animal de compagnie. On ignore ce qu’il est advenu du petit chien, mais Vrouyr a annoncé qu’il n’en était plus le propriétaire.