/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

DM spindoctors-01DM spindoctors-01

Le gagnant et le perdant de la semaine

Le gagnant et le perdant de la semaine

Coup d'oeil sur cet article

Gagnant : François Legault (CAQ), chef de la 2e opposition

Le chef de la Coalition avenir Québec a de quoi fêter cette semaine. Pour la première fois depuis janvier 2012, sa formation politique trône au sommet d’un sondage, 1 % de mieux que le parti libéral, mais surtout, 8 % devant le Parti québécois. L’enjeu pour la CAQ (comme pour le PQ) sera d’incarner l’alternative face à Philippe Couillard lors des prochaines élections. François Legault martèle les mêmes priorités depuis des années soit l’éducation, l’économie et la réduction du fardeau fiscal des Québécois. Il est possible qu’en répétant son discours, de plus en plus de Québécois envisagent mettre leur X à côté de la CAQ. Cependant, il faut être très prudent sur les sondages, ces derniers évoluent très vite. Le risque qui guette François Legault, c’est d’avoir de très bons résultats trop tôt avant les élections. N’oublions pas que ce qui monte a tendance à redescendre.

Autre dossier qui a fait parler positivement de la CAQ cette semaine, c’est celle de la publicité créée par le parti de droite (vous pouvez la voir ici). Le chef Legault fait un virage stratégique intéressant. Il fait le pari que les Québécois le connaissent bien, lui, mais il veut dorénavant mettre de l’avant certains de ses députés et même de nouveaux visages. Celui qui a eu l’idée d’inclure Me Sonia Lebel, ex-procureur de la commission Charbonneau, mérite des félicitations, car les médias n’ont parlé que de cet élément.

Perdant : Gaétan Lelièvre (PQ), député de Gaspé 

L’ancien directeur général de la ville de Gaspé a gaffé et vient du même coup de mettre fin à la carrière politique du député de Gaspé. Le bureau d’enquête de Quebecor média a réussi un grand coup, en exposant les échanges de courriel entre Gaétan Lelièvre et de hauts dirigeants de la firme Roche. Dans un texte de cette semaine (Lelièvre et la tortue), je vous ai fait part de ma vision du dossier de Gaétan Lelièvre.

Depuis que les faits ont été révélés, il y a deux éléments surprenants. Tout d’abord, je m’explique mal la présence du chef Jean-François Lisée au côté du député qu’il venait d’expulser de son caucus en conférence de presse. Les spécialistes des communications vous diront que ce n’est pas très gagnant de se placer dans la même photo qu’une personne que l’on vient d’exclure pour des raisons d’éthiques. Ensuite, il est très surprenant que Jean-François Lisée ait évoqué la possibilité de reprendre monsieur Lelièvre au sein de ses troupes suite à des excuses (ce que le député de Gaspé a fait).

Le chef du PQ semble banaliser les faits lorsqu’il dit : « à partir du moment où il admet son erreur, présente ses excuses, a une sanction, s’il n’y a pas d’autres suites, oui, on va évoquer la possibilité de son retour. Quand ? Je ne le sais pas. » Je rappelle au chef péquiste que bien qu’aucune accusation n’ait été portée contre Gaétan Lelièvre dans le dossier de Roche, son ex-patron et ex-maire de Gaspé, François Roussy, a été inculpé pour abus de confiance et complot dans le but de commettre un acte criminel, suite à une enquête de l’UPAC. Est-ce que monsieur Lelièvre pourrait être éclaboussé lors du procès de Roussy ? J’agirais avec la plus grande prudence dans ce dossier si j’étais monsieur Lisée et j’y penserais à deux fois avant de revenir en arrière. La réintégration de Gaétan Lelièvre aura pour conséquence qu’il lui sera beaucoup plus difficile d’attaquer les libéraux sur les dossiers d’intégrité et ouvrira les flancs du PQ à des salves caquistes.