/news/politics
Navigation

Nadeau-Dubois fait exploser la caisse

QS réalise une collecte de fonds inégalée après l’arrivée de l’ex-leader étudiant

Gabriel Nadeau-Dubois
JOEL LEMAY/AGENCE QMI Gabriel Nadeau-Dubois

Coup d'oeil sur cet article

En plus des 6000 nouveaux membres, l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois a permis à Québec solidaire de connaître sa meilleure levée de fonds en dehors d’une période électorale.

La petite formation de gauche avait récolté 142 304 $ en date du 30 avril 2017, soit près du double des 71 843 $ amassés durant la même période l’an dernier.

Québec solidaire a reçu presque autant de dons que le Parti libéral du Québec (150 580 $) et quatre fois plus que la CAQ (31 570 $). Toutefois, le PQ domine toujours au chapitre du financement populaire avec 391 785 $.

Sur une période d’un an, Québec solidaire avait cumulé tout près de 250 000 $ en 2015 et 2016.

«En termes de financement, c’est la hausse la plus importante qu’on a jamais vu à l’extérieur des périodes électorales», affirme l’attaché de presse de Québec solidaire, David Alfaro-Clark.

Un mode d’élection à revoir

Gabriel Nadeau-Dubois est le grand favori dans la course au poste de porte-parole masculin, dont les résultats seront dévoilés dimanche prochain, dans le cadre du congrès national de Québec solidaire.

Toutefois, la croissance rapide du parti depuis l’arrivée de l’ex-leader étudiant amène une réflexion sur la nécessité de revoir le mode d’élection de ses porte-paroles.

«C’est un mode d’élection qui se faisait beaucoup entre amis avant, explique un membre influent du parti qui souhaite demeurer anonyme. Je pense qu’on est dus pour un cadre un peu plus resserré.»

Délégués

En effet, ce sont les quelque 500 délégués des associations locales, et non les 16 000 membres du parti directement, qui éliront le prochain représentant de la formation. De plus, plusieurs délégations pourront voter selon leur gré, que ce soit sur la convergence avec le PQ ou sur l’élection des candidats.

Unique candidate au poste de porte-parole féminine, Manon Massé reconnaît que le temps est venu pour une réflexion sur le mode de scrutin interne. «Certains de nos membres commencent à se demander, considérant l’élargissement [du parti], est-ce que ça ne devrait pas être plutôt un suffrage universel pour l’élection des porte-paroles et présidentes, dit-elle. Je pense que c’est un questionnement très légitime.»

Toutefois, la formule des délégués va demeurer pour les réflexions sur le programme, afin de permettre les débats en congrès. «Dans ce sens là, je pense que Québec solidaire n’est pas sur le point de changer fondamentalement ses façons de créer ses délibérations nationales», précise-t-elle.