/travel/destinations
Navigation

Îles Galápagos: Des tortues, des fous et une marmotte!

Îles Galápagos: Des tortues, des fous et une marmotte!
Photo Jadrino Huot

Coup d'oeil sur cet article

Puerto Ayora, Équateur | Les îles Galápagos sont une aire d’observation de la faune unique au monde avec un taux d’endémisme frisant les 20 %, si bien que pas moins de 75 espèces de reptiles, d’oiseaux et de mammifères sont propres à cette région.

Exempts de prédateurs, les ­animaux se laissent approcher dans leur environnement naturel sans mot dire. Il faut d’ailleurs faire attention pour ne pas mettre le pied sur un spécimen se ­prélassant au soleil à sa sortie du bateau ou sur un nid fait en plein milieu d’un sentier.

Les tortues des Galápagos peuvent atteindre des dimensions gigantesques.
Photo Jadrino Huot
Les tortues des Galápagos peuvent atteindre des dimensions gigantesques.

Toutefois, les vedettes incontestées des îles sont sans contredit les tortues des Galápagos, ces monstres aux allures préhistoriques atteignant des dimensions gigantesques. Les otaries, fous et iguanes ne sont pas en reste, tant en termes de nombre que de ­sujets privilégiés pour une séance de photos.

Un fou masqué faisant sa toilette sur le bruit des vagues.
Photo Jadrino Huot
Un fou masqué faisant sa toilette sur le bruit des vagues.

D’île en île

Campé à environ 1000 km des côtes de l’Équateur en plein océan Pacifique, cet archipel d’origine volcanique compte des dizaines d’îles et de rochers.

Parmi les incontournables, l’île Española avec ses multiples ­otaries surfant autour du bateau pneumatique à son arrivée. Sur la terre ferme, les fous aux pieds bleus ou masqués, ainsi que les albatros sont au poste avec, en fond d’écran, les vagues venant se fracasser sur les falaises.

Un couple de frégates nouvellement formé sur l’île Genovesa.
Photo Jadrino Huot
Un couple de frégates nouvellement formé sur l’île Genovesa.

L’île Floreana, ou Santa Maria, mérite un long arrêt avec des ­possibilités de plongée en apnée en compagnie de tortues de mer, petits requins et poissons. Au sol, flamants roses et crabes sont au rendez-vous, mais le «bureau de poste», qui est en fait un baril où l’on ­dépose sa carte postale dans ­l’espoir qu’un futur voyageur ­fasse office de facteur, se veut une attraction courue.

L’île Bartolomé offre un panorama splendide de son paysage lunaire grâce à son promontoire. Son ­rocher en forme de pointe de flèche est aussi notoire. L’île Seymour se veut également intéressante avec de nombreux nids ainsi que des iguanes marins et terrestres. Les mangroves de Black Turtle Cove abritent quant à eux un nombre incalculable de raies.

Les jeunes otaries sont aussi curieuses que les touristes.
Photo Jadrino Huot
Les jeunes otaries sont aussi curieuses que les touristes.

Tortues géantes

L’île Santa Cruz, la plus peuplée de l’archipel, a peu à offrir, mais la réserve privée d’El Chato, près de Santa Rosa, se veut le clou du voyage avec ses tortues géantes déplaçant leur carapace d’un pas lent et lourd en pleine nature.

Après coup, la visite de la ­fondation Charles Darwin, du nom du célèbre naturaliste ­britannique qui étudia la diversité des espèces en ces lieux en 1835, manque nettement de saveur, à moins que vous ne vouliez voir ces animaux en captivité.

Toutefois, après une semaine de visites, le spectacle devient ­redondant, au point de se croire littéralement plongé dans le film Le jour de la marmotte!

Repères

Période: Il n’y a pas vraiment de ­mauvaise période pour visiter les îles Galápagos. La mer sera plus calme de janvier à mai, mais les animaux seront plus actifs entre juin et décembre.

Argent: Le dollar américain, parfois ­appelé sucre, est la monnaie de prédilection en Équateur. 1 $ CA = 0,74 $US.

Coûts: Pour passer une semaine sur les îles Galápagos, comptez entre 3000 $ et 6000 $ en fonction du type de bateau inclus dans votre forfait, de votre aéroport de départ et de retour (Quito ou Guayaquil) et des autres ­petites dépenses. Il est à noter que les frais d’accès au parc (100 $US) sont payables seulement en argent ­comptant.

Conseils: Mieux vaut acheter son ­forfait auprès d’une agence agréée de Quito ou Guayaquil, car il y a peu d’économies à faire en se procurant les services à la pièce une fois sur les îles. Qui plus est, il peut s’avérer difficile, voire impossible, de se joindre à un groupe une fois sur place. Il faut ­nécessairement être accompagné d’un guide et le nombre de touristes sur chaque île est soumis à un quota.

Bon à savoir: La plupart des agences offrent des forfaits de quatre jours/trois nuits, nettement trop courts, ou de huit jours/sept nuits, un peu longs et répétitifs, mais la meilleure option, faute de mieux, pour visiter à fond la diversité des îles.

Santé: Apportez des médicaments contre le mal de mer, car les soirées et nuits peuvent être houleuses en plein milieu du Pacifique, surtout à bord d’une petite embarcation.