/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas si vite, les amis!

SPO-HKO-HKN-PITTSBURGH-PENGUINS-V-OTTAWA-SENATORS---GAME-FOUR
Photo AFP Brian Dumoulin manifeste sa joie après avoir inscrit le but vainqueur, hier soir.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les gens d’Ottawa pensaient déjà à la finale de la coupe Stanley avant le match d’hier soir contre les Penguins. À l’hôtel, les préposés à la réception portaient des chandails des Sénateurs et des Predators de Nashville.

Mais c’est loin d’être fait avec ce qui vient d’arriver à Ryan Johansen. Les Penguins ont pour leur part montré aux Sénateurs qu’il leur reste quelque chose dans le corps.

Des champions ont l’habitude de combattre jusqu’à leur dernière once d’énergie.

Mais si une finale Ottawa-Nashville se concrétisait, le Canadien et ses irréductibles partisans ne la trouveraient sans doute pas drôle.

Verriez-vous ça, les rivaux les plus proches du Tricolore contre l’équipe de P.K.?

Certains l’avaleraient de travers après la fin de saison en queue de poisson du Canadien.

Ça montrerait en même temps que tout est effectivement possible dans les séries dans la mesure où le succès ne repose pas que sur les épaules du gardien.

Price fait jaser

Les commentaires vont d’ailleurs bon train dans les cercles de la Ligue nationale en ce qui concerne l’avenir de Carey Price à Montréal. Ils sont nombreux à se demander si Price est vraiment intéressé à poursuivre sa carrière avec le Canadien en analysant les perspectives d’avenir de l’équipe.

Marc Bergevin a beau avoir dit dans son bilan de fin de saison qu’il n’entend pas chambarder sa formation et que Price n’est pas à échanger, il sait très bien qu’il ne peut entreprendre la prochaine campagne avec les mêmes effectifs.

On n’a pas besoin de lui dire que son équipe ne possède pas un joueur de centre numéro un. Il en est parfaitement conscient.

Drouin restera-t-il à Tampa ?

Comme il l’a dit lui-même, il devra être créatif.

Si ça veut dire soumettre une offre hostile pour tenter d’arracher les services de Jonathan Drouin au Lightning de Tampa Bay, il devrait le faire et tant pis pour ses confrères directeurs généraux qui lui feraient la baboune.

Rien ne dit qu’il est défendu de présenter une offre de contrat à un joueur autonome avec restriction. C’est permis, donc, ça fait partie du jeu.

Le Lightning pourrait manquer de latitude budgétaire pour garder Tyler Johnson, Ondrej Palat et Drouin.

Ça pourrait passer aussi par une transaction.

Steve Yzerman serait-il prêt à céder son jeune gardien Andrei Vasilevskiy et Drouin au Canadien contre Alex Galchenyuk et Price?

Ne partez pas en peur!

On jase, là.

Mais la situation ne peut en rester là. Le statu quo n’est pas une option envisageable.

Fleury doit fulminer

C’est ce que l’entraîneur des Penguins Mike Sullivan s’est pour sa part dit après la défaite des siens aux mains des Sénateurs dans le troisième match de la finale de l’Est.

Sa décision de faire appel à Matt Murray pour la rencontre d’hier soir en a surpris plus d’un.

Marc-André Fleury ne méritait pas ça. C’est comme si on avait décidé de lui faire porter le fardeau de la contre-performance des siens, mercredi soir.

Pourtant, c’est grâce à lui si les Penguins ont pu passer à travers les deux premières rondes des séries en l’absence de Kris Letang.

C’est la première fois qu’un gardien qui a remporté les neuf premières victoires de son équipe en séries est mis de côté par son entraîneur.

Sullivan a gagné son pari hier soir, mais le coup doit être dur à encaisser pour Fleury. Il ne s’est jamais plaint quand il a perdu le poste de gardien numéro un des Penguins au profit de Murray, l’an dernier. Il a fait preuve d’un comportement exemplaire.

Son directeur général Jim Rutherford a salué son esprit d’équipe, tout comme Sullivan. Mais voilà qu’à sa première défaillance, il retourne au bout du banc.

Murray n’y est pour rien. C’est un bon gardien qui a eu la malchance de subir une blessure avant le premier match des séries. Mais considérant ce que Fleury a fait pour son équipe, il aurait mérité plus de reconnaissance.

Pas sûr que ses coéquipiers, à commencer par Sidney Crosby, apprécient, mais bon.

L’équipe passe en premier dans les séries, mais on peut penser que cette fois-ci, Fleury en est bel et bien à ses derniers milles à Pittsburgh.

Hockey de bas étage

Ryan Johansen est fini pour les séries. Peu importe qu’il ait été blessé accidentellement ou délibérément, ça devait arriver avec tous les coups que les joueurs des Ducks d’Anaheim lui ont assénés.

Au début de la finale de l’Ouest, Johansen avait raconté que Ryan Kesler passait son temps à lui remonter son bâton dans les parties.

«Je joue avec ardeur», s’est défendu Kesler.

Foutaise!

Kesler est un joueur dangereux, qui n’a aucun respect pour l’adversaire. S’il veut défoncer un rival, qu’il se lance dans les arts martiaux.

Les Ducks jouent comme des bûcherons. Tout comme ils l’avaient fait lorsqu’ils avaient remporté la coupe Stanley en 2007 contre les Sénateurs.

Le retour de Randy Carlyle derrière le banc y est peut-être pour quelque chose.

Football sur glace

À tout événement, il se joue du hockey de bas étage cette année dans les séries.

Les commentateurs de la télévision sont en extase devant le jeu offert. Pourtant, on voit quantité de coups salauds.

L’arbitrage est redevenu ce qu’il était avant le lock-out de 2005. Les arbitres laissent passer des infractions flagrantes.

On a l’impression d’assister à du football devant le filet. On dirait des joueurs luttant sur la ligne de mêlée tellement les contacts et l’obstruction sont monnaie courante.

C’est une véritable farce!

Sidney Crosby s’est encore fait assommer, et le pire, c’est qu’il n’a raté qu’un match et n’a pas dénoncé le violent coup de bâton que lui a porté Alex Ovechkin.

Il joue avec sa santé à chaque présence sur la patinoire.

Régulièrement, on entend un joueur dont la carrière a pris fin en raison d’une commotion cérébrale raconter le cauchemar qu’il a vécu et les problèmes qu’il continue de vivre au quotidien.

L’histoire la plus récente nous est venue de Marc Savard, qui a disputé son dernier match à l’âge de 33 ans. Il dit avoir senti la mort le soir de sa sixième commotion.

Malgré ce genre de témoignage, les joueurs continuent de se frapper à la tête.

Ça dépasse tout entendement!