/news/politics
Navigation

Sondage Léger Le Journal / Le Devoir: La CAQ a le vent dans les voiles

Toutefois, seul un scénario d’alliance électorale permettrait de déloger les libéraux du pouvoir

Coup d'oeil sur cet article

La CAQ a le vent dans les voiles et dépasse le PQ dans les intentions de vote, pour la première fois depuis 2014, alors que le Parti libéral reste en tête, selon un sondage Léger-Le Journal-Le Devoir.

«Actuellement, la CAQ devient l’alternative», observe Jean-Marc Léger, président de la firme de sondage Léger. Les libéraux conservent toutefois la première place avec 32 % d’appuis et, pour l’instant, seul un scénario d’alliance électorale entre des partis d’opposition pourrait les déloger du pouvoir.

Avec 26 % d’appui, en hausse de 4 points depuis mars, la Coalition avenir Québec se faufile devant un Parti québécois qui «se cherche et que les électeurs ne trouvent plus», en chute de 2 points à 23 %. La CAQ est aussi première chez les francophones.

La popularité de son chef François Legault connaît également une embellie. En mars, 14 % des répondants l’appuyaient comme meilleur premier ministre. Deux mois plus tard, il obtient 21 % et est propulsé en première place, devant Philippe Couillard (18 %) et Jean-François Lisée (16 %).

En « symbiose » avec les aspirations

La CAQ se retrouve davantage en «symbiose» avec les aspirations des Québécois, note le sondeur Léger. Trois des quatre enjeux les plus populaires, selon le sondage Léger, sont liés à la CAQ: la réduction des impôts, la création d’emplois et une meilleure gestion de l’État.

Alors que les intentions de vote sont restées stables pendant plusieurs mois, les «plaques tectoniques commencent à bouger», soutient Jean-Marc Léger. Cette situation devrait s’accélérer à l’approche des élections générales de 2018.

Bonne gestion des inondations

De leur côté, les libéraux s’accrochent à la première place, notamment grâce à leur bonne gestion des inondations, saluée par 56 % des répondants. Malgré tout, le taux d’insatisfaction à leur endroit demeure élevé, à 62 %.

«D’un côté, les problèmes éthiques du Parti libéral ont miné la confiance, mais d’un autre côté, la gestion de la crise des inondations leur a permis de rester à flot», a noté M. Léger.

Quant au Parti québécois, ses appuis s’effritent. En mai 2016, le PQ obtenait 30 % des intentions de vote. Aujourd’hui, il n’en a plus que 23 %. En larguant le référendum pour un mandat, il ne s’est pas trouvé de nouvelle mission. «Le problème du PQ, c’est qu’il tombe tranquillement dans l’indifférence», analyse M. Léger.

 

Parmi les sujets suivants, lesquels devraient être les deux priorités des partis politiques aux prochaines élections au Québec?

  • Favoriser l'accès à un médecin de famille et réduire l'attente aux urgences pour améliorer le système de santé  38%
  • Réduire les impôts et les taxes  28 %
  • Favoriser la création d'emploi et stimuler les investissements économiques 21%
  • Assurer une meilleure gestion des programmes gouvernementaux et du budget du gouvernement du Québec 20 %
  • Assurer un meilleur partage de la richesse entre les riches et les pauvres 17 %
  • Combattre la corruption 16 %
  • Créer des postes de professeur et d'intervenant spécialisé pour améliorer le système d'éducation 12 %
  • Améliorer la qualité de l'environnement et investir dans les économies vertes 10 %
  • Défendre et promouvoir la langue, la culture et l'identité québécoise 9 %

 

MÉTHODOLOGIE

La présente étude a été réalisée par le biais d’un sondage internet auprès de 999 Québécois ayant le droit de vote entre le 15 mai et le 18 mai 2017 dans toutes les régions du Québec. Les données finales du sondage ont été pondérées à l’aide des données du recensement de 2011 selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, la région et le niveau de scolarité de façon à garantir un échantillon représentatif de la population. Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 999 répondants aurait une marge d’erreur de +/- 3,1 % et ce, dans 19 cas sur 20.