/weekend
Navigation

Sous le signe de la diversité

Coup d'oeil sur cet article

Le Théâtre de Quat’Sous misera sur la diversité culturelle pour séduire ses spectateurs durant la saison 2017-2018. Pour ce faire, ils ont fait appel à des artistes de divers horizons afin de raconter des histoires qui dépassent nos frontières.

 

L’AUTRE ET MOI

Photo courtoisie

Les lectures de James Hyndman reprendront du service à quatre reprises au cours de la saison. Pour ce faire, le comédien a choisi quatre grands auteurs ­français contemporains, notamment Emmanuel Carrère, Laurent Mauvignier, Martin Winckler et Joël Pommerat.

Les 11 septembre et 11 décembre 2017, 5 février et 7 mai 2018.

 

À TE REGARDER, ILS S’HABITUERONT

Photo courtoisie

Pour amorcer sa saison, le nouveau directeur artistique du Théâtre de Quat’Sous, Olivier Kemeid, avec l’aide de son ami de longue date Mani Soleymanlou, s’interrogera dans ­cette création sur les autres cultures et leur histoire. Pour réaliser cette pièce, six metteurs en scène dirigeront 12 artistes issus de différentes origines. «C’est mon projet personnel sur la diversité­­, qui présentera mes couleurs», confie ­Olivier Kemeid­­, qui a surnommé sa saison «Habiter la maison à plusieurs­­». Vivre ensemble est donc le thème principal de cette­­ programmation et ce premier spectacle donnera le ton pour les pièces qui suivront. «Je souhaite que l’on puisse tous réfléchir ensemble et faire jaillir des débats», ajoute le directeur artistique.

Du 5 au 30 septembre 2017

 

SOUS LA NUIT SOLITAIRE

Photo courtoisie

Le théâtre et la danse prendront place sur les planches du théâtre de l’avenue des Pins. «On s’inspire des gravures de Gustave Doré pour cette création», lance Olivier Kemeid­­, qui signera la mise en scène de cette pièce avec la chorégraphe Estelle Clareton. «Ses gravures, qui ont illustré L’Enfer de Dante, (...) sont saisissantes.» Ainsi, c’est à travers diverses chorégraphies que l’on pourra visualiser comment certains, à cette époque, pouvaient imaginer l’enfer selon leurs croyances. Le spectacle, qui comptera une légère dramaturgie, sera composé d’une vingtaine de tableaux. «On va également plonger dans des enfers modernes, tels Rigaud au Québec, Damas en Syrie ou des enfers collectifs comme la guerre.»

Du 15 novembre au 2 ­décembre 2017

 

LA DÉESSE DES MOUCHES À FEU

Photo courtoisie

La saison se poursuivra avec une production du Théâtre PÀP qui déménage du Théâtre Espace Go pour s’installer en résidence au Théâtre de Quat’Sous. La pièce­­, qui est une adaptation du roman du même nom de Geneviève Pettersen, raconte­­ l’histoire d’une jeune­­ adolescente de 14 ans qui habite au Saguenay dans les années 1990 et se terminera avec le déluge historique qui a frappé ce coin de la province. «C’est le voyage initiatique d’une adolescente», annonce Olivier Kemeid. «L’auteure s’est d’ailleurs inspirée du côté cru du roman­­ Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée... C’est très bouleversant.»

Du 5 au 30 mars 2018

 

LE TIGRE BLEU DE L’EUPHRATE

Photo courtoisie

On clôturera la saison avec une mise en scène de Denis Marleau qui mettra de l’avant Alexandre le Grand, sous forme de monologue. Le roi de Macédoine sera interprété, peu de temps avant sa mort, par Emmanuel Schwartz. «On le verra dans une réflexion sur le désir de fonder un empire», révèle le directeur ­artistique. «Nous serons dans une poésie d’une grande puissance.»

Du 17 avril au 26 mai 2018