/news/transports
Navigation

Un train à grande vitesse Toronto-Windsor d’ici 2031

STOCKQMI-AMT
Photo archives JOEL LEMAY/AGENCE QMI .

Coup d'oeil sur cet article

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a annoncé vendredi, un investissement de 15 millions $ dans des études d’avant-projet et d’impact environnemental pour relier Toronto à Windsor grâce à un train à grande vitesse.

Cette annonce fait suite à la parution d'un rapport sur la faisabilité du projet, réalisé par David Collenette, conseiller de l'Ontario pour le TGV et ancien ministre fédéral des Transports de Jean Chrétien. Dans son étude, il conclut qu’un train à grande vitesse serait viable dans le corridor Toronto-Windsor.

Aussi, il chiffre le coût de ce tronçon à près de 20 milliards de $, tout en suggérant de faire participer le secteur privé au financement et à la réalisation du projet.

Il recommande également qu’une première phase de construction commence par relier Toronto et London, d’ici 2025 pour finalement envisager une mise en service de l’ensemble du corridor en 2031.

Réduire les temps de déplacements

Parmi les arrêts proposés sur la nouvelle voie, on compte Windsor, Chatham, London, Kitchener-Waterloo, Guelph et Toronto, avec un lien vers l’Aéroport international Pearson.

Ces trains pourraient atteindre 250 km/h et permettraient de faire passer la durée du trajet entre Toronto et Windsor de quatre heures à deux heures.

Pour Kathleen Wynne, cette ligne ferroviaire offrira des avantages aux collectivités qui seront traversées, comme la création d’emplois et l’accroissement économique: «Sept millions de personnes vivent dans le corridor Toronto-Windsor. Le TGV leur permettra de se rendre plus rapidement à leur destination. Qu’il s’agisse d’accepter un emploi à un endroit qui semblait jusque-là trop éloigné, de visiter des membres de leur famille plus souvent ou encore, pour les entreprises, d’accéder plus facilement aux innovateurs.»

Le gouvernement souligne que l’Ontario est «la première province à entreprendre une transformation de son réseau ferroviaire de cette ampleur.»