/entertainment/stage
Navigation

Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?: une comédie fort brillante

La comédie <i>Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?</i> mérite le déplacement.
Photo Courtoisie La comédie Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? mérite le déplacement.

Coup d'oeil sur cet article

L’adaptation théâtrale du film, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?, à l’affiche au Rideau Vert, est si savoureuse que l’on pourrait facilement affirmer qu’il s’agit d’une réussite sur toute la ligne.

C’est connu, les mises en scène de Denise Filiatrault sont toujours brillantes, mais celle-ci se démarque particulièrement. Déjà, la performance de Rémy Girard qui porte à bout de bras cette fabuleuse comédie en interprétant un père de famille de Laval bourré de préjugés est remarquable. À ses côtés Micheline Bernard qui interprète la conciliante épouse mérite, elle aussi, d’être applaudie.

Si vous avez vu le film, vous serez surpris de constater que la version théâtrale séduit davantage. Elle est tout aussi drôle, sinon davantage grâce à l’adaptation d’Emmanuel Reichenbach (à qui l’on doit également Intouchables) qui en a fait une pièce amusante, superbement bien écrite qui divertit du début à la fin. L’histoire, désormais campée au Québec, compte de nombreuses subtilités qui sont propres à notre culture. Les brillantes répliques qui se succèdent les unes aux autres vont juste assez loin pour demeurer crédibles.

Alain, (Rémy Girard) a réussi financièrement en cumulant les concessions automobiles. Avec sa femme, ils ont eu quatre enfants. Trois de ses filles sont mariées à des hommes de différentes cultures. Joshua est Juif, Ming est Chinois, tandis qu’Akim est Arabe. Au désespoir, Alain tentera d’organiser une rencontre avec un Québécois pure laine pour marier sa quatrième fille, sa préférée, mais en vain. S’il se croyait au bout de ses peines, il sera renversé lorsque celle-ci lui présentera son amoureux secret, Wilson, un noir originaire de la Côte d’Ivoire. Ce sera la goutte d’eau qui fera déborder le vase.

Une réussite

On peut certainement attribuer la force de cette pièce aux préjugés qui vont dans tous les sens. Il y a d’abord ceux du père de famille envers les étrangers, mais qu’elle sera la surprise des spectateurs, lorsque l’on découvrira que le père ivoirien est tout aussi raciste, sinon davantage. Il refuse de voir son fils épouser une blanche.

S’ajouteront quelques différends qui opposent Juifs et musulmans. Mais au-delà des questions multiculturalismes, on entendra plusieurs autres préjugés sur divers sujets. Rémy Girard fera un coup d’éclat lorsqu’il évoquera ses préjugés envers le métier d’acteur.

Outre la mise en scène et le jeu d’acteurs irréprochable, les costumes et les décors ajoutent à l’authenticité de cette histoire.

Certainement, la meilleure pièce de la saison. À voir absolument!


Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?, à l’affiche au Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 10 juin et suivi d’une tournée au Québec.