/investigations/sptrades
Navigation

Cyberintimidation dans la construction

Bloc Casque de construction
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Une plainte pour cyberintimidation a été portée à la Sûreté du Québec dans le cadre du conflit qui couve dans l’industrie de la construction, a appris notre Bureau d’enquête.

Le porte-parole de l’Association de la construction du Québec, Éric Côté, a alerté vendredi dernier la SQ, car il se dit victime de menaces et craint pour son intégrité et celle des membres de sa famille.

M. Côté pointe du doigt le regroupement des travailleurs syndiqués qui a un site Facebook réservé aux travailleurs de la construction et qui véhiculerait des messages haineux.

«Ils tiennent des propos homophobes à l’endroit de mon collègue porte-parole de l’APCHQ, François-William Simard. Ils ont montré une vidéo prise sur ma propre page Facebook où l’on me voit avec ma conjointe, mes enfants et des amis. Qu’on s’en prenne à ma famille, ça m’a particulièrement inquiété», nous a confié le porte-parole de l’ACQ.

Jo Clé

Le populaire personnage Jo Clé, pourfendeur des syndicats de la construction sur les médias sociaux, serait ciblé dans cette campagne d’intimidation.

«Jo Clé est vraiment détesté par les syndicats. Ils disent que Jo Clé est à la solde de l’ACQ pour dénoncer les syndicats. J’y ai vu une incitation claire d’atteinte à ma sécurité et j’ai eu peur», affirme Éric Côté qui, en plus de porter plainte à la SQ, a alerté le cabinet de la ministre du Travail, Dominique Vien.

L’Alliance syndicale dénonce

Le président de l’Alliance syndicale, Michel Trépanier, dénonce ce type d’intimidation. Il soutient que ces gestes ne représentent pas la majorité des travailleurs de la construction et appelle ses membres à faire preuve de calme et de civisme.

«C’est inacceptable. Nous dénonçons férocement tout geste homophobe, raciste ou d’intimidation envers les intervenants. Nous laisserons maintenant la police faire son travail et collaborerons si ça s’avère nécessaire» a-t-il conclu.