/entertainment/stage
Navigation

Faire table rase

Table rase met en vedette six amies d’enfance dans la vingtaine qui décident, dans un chalet, de repartir à zéro.
Photo courtoisie Marc-Étienne Mongrain Table rase met en vedette six amies d’enfance dans la vingtaine qui décident, dans un chalet, de repartir à zéro.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir assisté à un spectacle de gars en mai 2013, Catherine Chabot et cinq amies comédiennes ont eu envie d’écrire une pièce qui aborderait leurs enjeux et leurs préoccupations. Créée en 2015, Table rase s’amène à Québec à l’occasion du Carrefour international de théâtre.

Cette envie s’est manifestée après qu’elles eurent vu Détruire, nous allons, de Philippe Boutin, un objet théâtral sur l’amour, mettant en vedette 34 comédiens masculins sur un terrain de football.

«Nous, les filles de notre génération, nous ne sommes pas représentées sur les scènes. On avait envie, nous aussi, de parler de nous autres», a lancé Catherine Chabot lors d’un entretien.

À l’affiche les 2, 3 et 4 juin, au Théâtre Périscope, Table rase raconte l’histoire de six filles dans la vingtaine qui se retrouvent dans un chalet avec une promesse de remettre les compteurs à zéro et tout recommencer.

«Il y a des choses qu’elles aimeraient changer dans leur vie. Elles sont acculées au mur et elles décident de faire table rase afin de ne pas mourir malheureuses», a indiqué Catherine Chabot, qui joue dans la pièce et qui a écrit le texte, avec les interprètes Vicky Bertrand, Marie-Anick Blais, Rose-Anne Déry, Sarah Laurendeau et Marie-Noëlle Voisin.

Il y a du vin, de la bouffe, et les discussions partent dans toutes les directions.
Photo courtoisie Marc-Étienne Mongrain
Il y a du vin, de la bouffe, et les discussions partent dans toutes les directions.

Un spectacle cinématographique

Ces amies d’enfance, qui font partie de la génération Y, sont autour d’une table. Il y a de la bouffe, du vin et des discussions qui virevoltent dans toutes les directions.

«Il y a une espèce de sentiment d’urgence, pour chacune d’entre elles, qui fait qu’elles vont se livrer et aller loin dans les confessions», a précisé la jeune femme qui a grandi à Lac-Beauport.

Table rase aborde l’avenir, les relations, la sexualité, la vie, la mort et les enjeux qui sont associés à la mi-vingtaine. Tous les sujets y passent.

Brigitte Poupart a signé la mise en scène.
Photo courtoisie Fabiola Monty
Brigitte Poupart a signé la mise en scène.

«Je ne pense pas qu’on sort de ce spectacle indemne. On reste avec une petite boule dans la gorge et dans le ventre, une espèce de questionnement et un constat un peu noir sur notre monde», a-t-elle fait remarquer.

Catherine Chabot explique qu’il y aura seulement une ou deux répétitions, avant les représentations de Québec, afin de conserver l’aspect vivant et fébrile de Table rase.

«C’est un show qui se rapproche beaucoup du cinéma, avec des conversations les unes par-dessus les autres. On essaie, le plus possible, d’être près de la réalité. Ceux qui n’aiment pas le théâtre aiment beaucoup le spectacle et ceux qui l’aiment aussi», a-t-elle laissé tomber.

Table rase est présentée les 2, 3 et 4 juin, à 21 h, au Théâtre Périscope.