/news/politics
Navigation

Victoire écrasante pour «GND»

Gabriel Nadeau-Dubois succède à Françoise David dans Gouin et rafle près de 70 % des votes

Coup d'oeil sur cet article

Sans surprise, l’ex-leader du mouvement étudiant Gabriel Nadeau-Dubois est devenu lundi le quatrième député de l’histoire de Québec solidaire en récoltant près de 70 % des voix en élection partielle dans Gouin.

«Recevoir un mandat aussi clair et aussi fort à mon premier test électoral, c’est un honneur incroyable. Mais je suis conscient de l’immense responsabilité que cela représente», a déclaré le jeune politicien après l’annonce des résultats lundi soir.

Nadeau-Dubois, qui aura 27 ans cette semaine, a été accueilli chaleureusement par une centaine de militants réunis dans un bar de Rosemont–La Petite-Patrie, dont le député Amir Khadir et la cofondatrice du parti, Françoise David.

Au micro, il a admis avoir beaucoup à apprendre. «Ma vie va changer radicalement», a-t-il confié. Il a aussi promis de concentrer ses efforts à améliorer l’éducation primaire et secondaire au Québec et de lutter contre les conséquences de l’austérité libérale sur les habitants de sa circonscription.

Légitimité

Le nouveau co-porte-parole de Québec solidaire a obtenu 69,22 % des voix, soit une avance écrasante sur son rival libéral de 25 ans, Jonathan Marleau, qui a récolté un peu moins de 9 % des suffrages. Au total, 13 candidats étaient en lice.

«GND» succède ainsi à Françoise David, qui était députée dans Gouin depuis 2012 et avait laissé la circonscription vacante en quittant la vie politique pour des raisons de santé au mois de janvier.

«Il va arriver à l’Assemblée nationale avec toute la légitimité que ce vote vient de lui conférer», a dit Mme David lundi. Celle-ci avait obtenu 51 % des voix en 2014.

Le député de Mercier, Amir Khadir, dit avoir pleine confiance en la recrue. «L’appui donné à Gabriel, c’est le rejet d’une vieille politique. C’est le désir de sortir du cul-de-sac dans lequel nous ont mis les élites», a-t-il déclaré.

Pas que des amis

Le Parti québécois a choisi de ne pas présenter de candidat à cette partielle afin de ne pas nuire à une éventuelle convergence souverainiste lors de la partielle, une idée rejetée par QS.

En réaction, le chef du PQ, Jean-François Lisée, a dit la semaine dernière qu’une victoire de Nadeau-Dubois dans Gouin serait une «victoire vide».

Lors de son discours pour annoncer sa candidature le 9 mars, «GND» avait accusé les politiciens des 30 dernières années d’avoir «trahi le Québec».

L’ex-leader de la CLASSE sera donc sans doute attendu de pied ferme à l’Assemblée nationale, où il confrontera plusieurs députés libéraux qui siégeaient lors de la grève étudiante de 2012 .

– Avec Patrick Bellerose, Bureau parlementaire