/finance
Navigation

Bill Morneau et Michael Sabia à une rencontre secrète de Bilderberg en Virginie

Réunion du groupe Bilderberg pour parler de Trump

Bill Morneau et Michael Sabia
Photos d'archives Bill Morneau et Michael Sabia

Coup d'oeil sur cet article

L’ultra-secret groupe Bilderberg, réunissant plus de 131 super-puissants de la finance et de la politique, reçoit le ministre des Finances Bill Morneau et le PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, à Chantilly, en Virginie, du 1er au 4 juin pour parler principalement de la présidence de Donald Trump.

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a confirmé la présence de Michael Sabia, mais a refusé d’en dire plus. «On ne commente pas les rencontres privées sur la place publique», a affirmé Maxime Chagnon, directeur des communications de la CDPQ.

L’attaché de presse du ministre Bill Morneau a lui aussi confirmé la présence du politicien canadien à la rencontre.

Avant d’être ministre, Bill Morneau a laissé sa marque dans le monde des affaires en propulsant en bourse Morneau Shepell, une société offrant des services-conseils en ressources humaines, et en la faisant passer de 200 employés à 4000 employés.

D’autres Canadiens parmi les invités

Seulement cinq Canadiens sont invités à cette réunion fermée au public et aux médias, dont seuls les noms des invités et les thèmes abordés sont dévoilés.

Outre MM. Morneau et Sabia, la PDG d’Indigo Books & Music, Heather M. Reisman, le PDG de la Banque Royale du Canada, David L. McKay, et le PDG de Loblaw, Galen G. Weston, sont sur la très courte liste des Canadiens invités.

«Le bien-être de la classe moyenne»

Même si le groupe Bilderberg est surtout réservé aux ultra-riches et aux gens de pouvoir de ce monde, Bill Morneau dit s’y rendre pour «le bien-être de la classe moyenne», a assuré son directeur des communications, Daniel Lauzon, au Journal.

Selon lui, la rencontre de Bilderberg est l’occasion d’échanger avec dirigeants d’entreprise, journalistes, politiciens et universitaires de partout.

Plus de 131 participants d’une vingtaine de pays, dont plus de 36 % viennent des États-Unis, prennent part aux échanges échelonnés sur quatre jours.

Eric Schmidt, président exécutif d'Alphabet (Google), et Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international, sont du lot.

Trump et États-Unis au menu

Sans surprise, l’Administration Trump fera l’objet de nombreuses discussions. Pour se défendre toutefois, le président américain a sorti l’artillerie lourde.

Son secrétaire du Commerce, Wilbur Ross, et l’assistante du président au Conseil national de sécurité, Nadia Schadlow, défendront le patron de la Maison-Blanche.

La Russie et la Chine seront aussi au centre des discussions, même si aucun invité de ces deux pays ne sera là pour faire valoir leur point de vue.

Qu’est-ce que le groupe Bilderberg?

Création : 1954 à l’hôtel «De Bilderberg», à Oosterbeek aux Pays-Bas

► Idée du prince Bernhard des Pays-Bas

Objectif : débattre de sujets d’actualité à huis clos.

► Aucun membre permanent

► Comité directeur de 34 personnes qui détermine chaque année le programme

Président actuel du comité directeur : le Français Henri de Castries, ex-PDG d'Axa.

Personnalités canadiennes qui y ont participés au fil des ans :

  • l’astronaute Chris Hadfield
  • l’éditorialiste du National Post, Andrew Coyne
  • l’ex-rectrice de l’Université McGill, Heather Munroe-Blum
  • les ex-premiers ministres canadiens Pierre Elliot Trudeau, Paul Martin, Jean Chrétien et Stephen Harper

Des gens d'affaires

  • Paul Desmarais (Power Corporation)
  • André Desmarais (Power Corporation)
  • Ed Clark, ex-PDG de la Banque TD
  • David McKay, président de la Banque RBC
  • Mark J. Carney, ex-gouverneur de la Banque du Canada
  • Stephen Poloz, gouverneur de la Banque du Canada