/news/society
Navigation

Une publicité qui banalise la violence conjugale

Une vidéo d’un courtier hypothécaire jugée dégradante

Les images utilisées dans la publicité, qui devait, selon le courtier, montrer la différence entre aller à la banque seul ou avec un courtier, ont été qualifiées de  dégradantes et inappropriées par des organismes venant en aide aux femmes victimes de violence conjugale.
Capture d'écran Facebook Les images utilisées dans la publicité, qui devait, selon le courtier, montrer la différence entre aller à la banque seul ou avec un courtier, ont été qualifiées de dégradantes et inappropriées par des organismes venant en aide aux femmes victimes de violence conjugale.

Coup d'oeil sur cet article

La publicité d’un courtier hypothécaire montrant une femme ligotée avec du sang sur la joue est jugée dégradante par des organismes qui y voient une banalisation de la violence envers les femmes.
 
«C’est épouvantable, tonne la présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, Sylvie Langlais. En 2017, on ne peut pas se servir de la violence conjugale et la banaliser à un tel point».
 
Une vidéo de Plan Hypothèque LD, partagée notamment sur Facebook et Instagram et vue plus d’un millier de fois, montre une série d’images troublantes devant supposément convaincre les gens de faire affaire avec «un vrai courtier hypothécaire».
 
On y voit entre autres une femme morte et la phrase «elle se croyait en sécurité». Puis, l’image suivante montre une femme ligotée avec du sang sur la joue, le poing d’un homme et la phrase «il pensait faire le bon choix».
Les images utilisées dans la publicité, qui devait, selon le courtier, montrer la différence entre aller à la banque seul ou avec un courtier, ont été qualifiées de  dégradantes et inappropriées par des organismes venant en aide aux femmes victimes de violence conjugale.
Capture d'écran Facebook

 

Ensuite, la vidéo montre aussi une fillette maltraitée et un homme en voiture qui suit une femme faisant son jogging avec la phrase «poursuivez vos objectifs».
Les images utilisées dans la publicité, qui devait, selon le courtier, montrer la différence entre aller à la banque seul ou avec un courtier, ont été qualifiées de  dégradantes et inappropriées par des organismes venant en aide aux femmes victimes de violence conjugale.
Capture d'écran Facebook

 

Culture du viol

«Le message n’est pas très clair, il n’y a aucun rapport avec le choix d’une hypothèque [...] On banalise la violence et objectifie le corps de la femme», lance à son tour Élise Ross-Nadié de la Coalition nationale contre les publicités sexistes.
 
Selon elle, l’image de l’homme qui «poursuit  son objectif» en suivant une femme en voiture est une référence directe à la culture du viol. «J’aurais peur si je courais et qu’un homme en voiture me suivait comme ça», explique-t-elle.
 
La Coalition entend dénoncer le caractère dégradant de cette publicité auprès des normes canadiennes de la publicité. 
 
La journaliste spécialisée en médias et communications, Marie-Claude Ducas, s’est quant à elle dit «sans mots» devant la vidéo.
 
«Les réseaux sociaux enlèvent les balises ou les filtres que pourrait avoir la publicité», remarque-t-elle.
 
Pour l’expert en publicité et professeur de l’UQAM, Benoit Duguay, les images choisies sont «complètement inappropriées».
 
Selon lui, ces images destinées à attirer l’attention noient le message. «Le sens d’une publicité est dans la tête de ceux qui l’interprètent», poursuit-il, ajoutant qu’il ne faut pas présumer qu’ils vont comprendre ce que l’on veut.
 
Pas assez clair
 
Le courtier derrière Plan Hypothèque LD, Laurent Donnadieu, a répondu par écrit au Journal que son concept était de dénoncer les différences, de façon exagérée, entre aller à la banque seul ou avec l’aide d’un courtier. Il reconnaît aussi que ce «n’était pas assez clair».
 
Plan Hypothèque LD est un franchisé de l’agence hypothécaire Plan Hypothèque. 
 
Son courtier Michel Gosselin assure que les franchisés sont eux seuls responsables du contenu publicitaire, mais il a néanmoins demandé à ce que la vidéo soit retirée, ce qui a été fait lundi en soirée.