/lifestyle/food
Navigation

Douce France

Coup d'oeil sur cet article

Douce France, cher pays de mon enfance... Voilà en une phrase, de la célèbre chanson de Charles Trenet, ce que vous pourrez découvrir dans ce nouveau restaurant de cuisine française authentique, situé à Griffintown. Les propriétaires ont déjà un autre restaurant, Le Marché de la Villette, dans le Vieux-Montréal, un resto simple et chaleureux très apprécié des résidents du secteur et des touristes.

Licence IV, quant à lui, est chic, relax, avec un charmant côté vintage. C’est très réussi!

Style de restaurant

Une vraie cuisine française ­bistro. Nous avons fait exprès de choisir les grands classiques qui se trouvent sur le menu pour, justement, constater si les choses sont faites comme elles se doivent. Pari réussi quand, vous le savez, les choses en ­apparence les plus simples sont parfaites. Il se peut donc que le reste le soit aussi. C’est bon, ­copieux et à prix raisonnables... C’est bien rassurant tout ça.

Décor

Un coup de maître que ce décor un peu baroque, joliment aménagé. Nous avons mangé au bar. Vous aurez peut-être aussi la chance de manger et de boire dans une vaisselle rétro très ­jolie. En fait, on voyage dans le temps... vaisselle de nos grands-mères, nostalgie douce, sans tomber dans la caricature. Bravo!

Ambiance

Calme, agréable, du monde, mais rien de trop bruyant. Bonne liste musicale, de Gainsbourg à Trenet, des Rita Mitsouko à Barbara, de Patrick Bruel à Julien Clerc, de Téléphone à Niagara... Un style très frenchy dans tout, sans clichés, tout en joie!

Clientèle

Du monde, de tous genres et de tous âges, un beau mélange de styles. Des francos, des anglos séduits par le style du resto. En effet, ici, on voyage en France.

Repas

Il y a des grands classiques de brasserie-bistro, typiquement français. Soupe à l’oignon. Mon Dieu que c’était bon! Jus bien concentré, mais pas trop salé. Belle couche de fromage fondu. On se régale, ça faisait longtemps que je n’en avais pas mangé une aussi bonne. Me voilà rassuré, car cette simple soupe est souvent galvaudée. Ensuite, moules marinières du Grand ­Hôtel de Cabourg. Oignons, céleris, tomates, vin blanc, beurre, roquette. Les meilleures depuis des années! Vraiment! Bref, je choisis rarement les moules au restaurant, car elles sont toujours trop cuites, ratatinées dans leur coquille, trop salée ou sans goût... Donc, souvent ratées. Ici, elles sont cuites à la perfection, très charnues, avec un jus de cuisson parfait, et du beurre... En veux-tu? En v’là! On est en France, pas de doute... Bref, c’est une entrée marine qui me réconcilie avec le genre. Pour suivre, bavette, sauce au vin rouge et beurre maître d’hôtel, frites et salade. Le morceau de viande est trop épais, et donc, plus difficile d’obtenir une cuisson idéale... pourtant, il est arrivé comme demandé. Les frites sont formidables, comme le beurre maître d’hôtel, et la sauce au vin rouge est délicieuse. Bouillabaisse... Oh là là! Le plat casse-gueule par excellence, très rarement bon au resto, à moins d’être à Marseille et encore... Bref, là encore, nous avons affaire à un modèle du genre. Je me régale vraiment! Le bouillon (soupe) est formidable, concentré et savoureux à souhait. Les poissons et fruits de mer sont impeccablement cuits. Un plat quatre étoiles! En dessert, des crêpes Suzette. Je ne me souviens plus quand j’en ai mangé la dernière fois. Elles sont bonnes, bien faites, accompagnées par une crème glacée à la vanille formidable. Aussi, puisque nous restons dans les grands classiques, des profiteroles. Pâte à chou impeccable, la crème glacée est divine, seule la sauce au chocolat nous déçoit un peu. Trop compacte, pas assez coulante sur les choux bien garnis, mais, au moins, le chocolat est bon et de bonne qualité. C’est bien.

Service

Tellement adorable. Tout pour faire plaisir, ça se lit sur les ­visages des clients satisfaits de leur soirée. Un bon signe.

Licence IV

  • ★★★ ½

Coup de toque

Une vraie bonne cuisine classique française dans un très joli restaurant.

Coup de torchon

Un restaurant qui ne tombe pas dans les clichés. Faut ­rester comme ça!

Combien ça coûte ?

Une soixantaine de dollars par personne.


L’adresse

Licence IV

1524, rue Notre-Dame Ouest

Montréal H3C 1L1

Téléphone : 514 938-8084