/news/consumer
Navigation

Il cuisine pour Obama à quelques heures d'avis

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire du restaurant de Montréal où Barack Obama a soupé mardi soir n'a su que quelques heures à l'avance que l'ex-président américain visiterait son établissement.

Après son discours au Palais des Congrès qui a attiré plus de 6000 personnes, Barack Obama s'est attablé avec le premier ministre Justin Trudeau au Liverpool House, dans le quartier Petite-Bourgogne à Montréal. Ils étaient accompagnés d’une centaine d’hommes des services secrets américains et de la GRC.

«C’était merveilleux ! M. Trudeau, un habitué du restaurant, a été très gentil et a décidé d’amener M. Obama ici, pour lui faire découvrir sa place préférée de Montréal. Ça fait 20 ans qu’il vient ici, avant même qu’il soit élu», s’est réjoui le propriétaire et chef, David McMillan.

En entrevue au Journal, il explique n'avoir su qu’en fin d’après-midi hier que sa soirée serait hors de l'ordinaire.

«On s’en doutait fortement, je dois dire. Ce n’est qu’à 16h que le bureau du premier ministre nous a avertis», indique celui qui est dans le monde de la restauration depuis 26 ans.

Vendredi dernier, la visite d’hommes des services secrets américains pour évaluer la sécurité lui a mis la puce à l’oreille.

«Depuis qu’il est premier ministre, M. Trudeau est venu manger ici quatre ou cinq fois. Normalement, il y a une vingtaine d’agents qui l’accompagne. Et nous avions toujours des appels d’usage de sécurité pour nous assurer du bon déroulement. Mais là, c’était d’une intensité un peu plus élevée», raconte David McMillan.

Festin 100% québécois

«Qu’est-ce qui est bon ici ?», a demandé Barack Obama.

«Laisse-les faire ce qu’ils font de mieux», a répondu Justin Trudeau.

Les deux politiciens ont donc eu droit a un festin avec des ingrédients 100% québécois, affirme le propriétaire du Liverpool House : côte de bœuf, spaghetti au homard, flétan de Kamouraska aux morilles, huîtres, crabe et asperges se sont retrouvés sur le menu.

Seul le vin était ontarien, un chardonnay et un pinot noir de Norman Hardy, précise le chef McMillan.

S’il n’y avait pas de goûteur officiel, des gens surveillaient attentivement les faits et gestes des cuisiniers, raisons de sécurité obligent. Sans compter la présence d’une centaine d’hommes de sécurité, autant des services secrets américains que de la GRC, selon les dires du propriétaire.

«C’était quand même dans une ambiance très décontractée. Ils ont partagé les mêmes plats. M. Obama faisait des blagues avec le personnel. On avait fermé une section pour eux, mais des clients ont pu manger en même temps qu’eux, on n’avait pas complètement fermé le resto. Certains ont même pu prendre des photos avec eux», raconte David McMillan, parlant d’une soirée qu’il se rappellera longtemps.

Le 44e président américain et Justin Trudeau ont tout de même discuté en tête-à-tête, selon une photo que le premier ministre a partagée sur les réseaux sociaux. Justin Trudeau était absent à l’occasion du discours.

«Comment amener de jeunes leaders à agir dans leur communauté? Merci @BarackObama d'être venu dans ma ville pour nous livrer vos réflexions», a-t-il écrit.

Vers 22h30, le prédécesseur de Donald Trump a quitté le restaurant, alors qu’une foule de plus de 500 personnes ont fait le pied de grue devant l’établissement pour espérer l’apercevoir.

«Honnêtement, j’aurais été content qu’ils aillent visiter n’importe quel resto de Montréal. J’espère vraiment que la ville pourra bénéficier de la venue de M. Obama. Mais c’est certain que je me sens choyé, c’est un honneur, même si à mon avis, c’est un lieu indigne de recevoir une personnalité de cette trempe. [...] Le but était de faire découvrir la métropole sous sa forme la plus authentique», a avoué M. McMillan.

Si le propriétaire de l’endroit n’a pas voulu révéler le total de la facture, il a laissé entendre que les deux politiciens ont été généreux sur le pourboire, en «ayant donné 20%».

Ce n’était pas la première fois que des personnalités connues faisaient un arrêt au Liverpool House. Jennifer Lawrence, Mick Jagger, Benyamin Nétanyahou et Penélope Cruz y sont déjà allés manger une bouchée.