/entertainment/stage
Navigation

Prix Théâtre 2016-2017: deux prix pour 887 de Robert Lepage

Prix Théâtre 2016-2017
Photo courtoisie Stéphane Bourgeois Les gagnants et les représentants des lauréats des Prix Théâtre 2016-2017 ont été récompensés lors d’un 5 à 7 festif présenté dans la salle Multi du Complexe Méduse. 

Coup d'oeil sur cet article

Les pièces 887 de Robert Lepage et L’art de la chute ont été les grandes gagnantes d’une toute nouvelle cérémonie visant à récompenser la scène théâtrale de la Vieille Capitale.

Décernés habituellement en novembre, lors de la cérémonie de remise des prix d’excellence des arts et de la culture, les prix Théâtre 2016-2017 ont été remis lors d’un 5 à 7 présenté à la salle Multi du Complexe Méduse.

L’objectif étant de rapprocher l’événement de la fin de saison et d’en faire une fête célébrant le théâtre.

887, de Robert Lepage, a remporté le prix de meilleure mise en scène et le prix Paul-Bussières, qui souligne l’environnement théâtral, décerné à Sylvain Décarie et au metteur en scène pour la conception des décors.

La création L’Art de la chute, qui aborde l’art et le monde de la finance, a aussi remporté deux distinctions.

Simon Lepage a mis la main sur le prix Paul-Hébert, décerné à un interprète s’étant illustré dans un premier rôle, pour le personnage de Greg Monroe. Le comédien ne s’attendait pas à recevoir cet honneur.

«Jacques Leblanc a livré toute une performance dans L’Avare et j’étais convaincu qu’il était pour gagner. Je suis honoré et je ne le réalise pas tout à fait. J’ai l’impression qu’il y a eu une erreur», a-t-il lancé, lors d’un entretien.

Pascale Renaud-Hébert, qui interprète quelques rôles dans L’art de la chute, a reçu le prix Nicky-Roy, qui souligne le talent exceptionnel d’un jeune comédien qui pratique son art depuis moins de trois ans.

Les contes

Le prix Janine-Angers, qui récompense une performance exceptionnelle dans un rôle de soutien, a été remporté par Jean-Sébastien Ouellette, pour le personnage de Paul Zara, dans la pièce Les marches du pouvoir, qui a connu un grand succès à la Bordée.

Pierre Robitaille et Henri-Louis Chalem ont reçu le prix Jacques-Pelletier, pour les éclairages, maquillages, conception vidéo et marionnettes, de la création Le piano à voiles, d’Agnès Zacharie, et le travail de Josué Beaucage a été récompensé avec le prix Bernard-Bonnier, pour la musique du Songe d’une nuit d’été.

Sébastien Dionne a reçu le prix du Fonds du Théâtre du Vieux-Québec pour les costumes de Gloucester, et une mention spéciale a été décernée à la compagnie La Vierge folle, pour Les Contes à passer le temps.

L’auteur et comédien Jean-Denis Beaudoin a remporté le prix Première Ovation, associé à une bourse de 5000 $, pour la production d’une lecture et d’un laboratoire d’un texte jugé méritoire.