/lifestyle/books
Navigation

Dans une coque de noix

<i>Dans une coque de noix</i></br> 
Ian McEwan, aux Éditions Gallimard, 224 pages
Photo courtoisie Dans une coque de noix
Ian McEwan, aux Éditions Gallimard, 224 pages

Coup d'oeil sur cet article

Sourires garantis avec ce nouveau Ian McEwan, le romancier britannique ayant eu la fantasque idée de plonger un fœtus en plein complot shakespearien.

Le narrateur de ce très surprenant bouquin devrait voir le jour sous peu. Autrement dit, il est toujours à l’étroit dans le ventre de sa mère et, contrairement à la grande majorité des bébés, il a depuis fort longtemps dépassé le stade des «areuh» ou des «gagou»: en plus de s’exprimer à merveille, il est déjà capable de philosopher, de citer les poèmes de Keats ou de s’étendre sur un nombre impressionnant de sujets (comme l’élevage d’asticots dans l’Utah, la montée de l’intégrisme, les lois du tennis, les problèmes de pollution ou les parades amoureuses chez les Yanomamis!). L’oreille plaquée contre les parois sanguinolentes de son minuscule espace de vie, il a en effet attentivement suivi toutes les émissions culturelles et toutes les conférences podcastées dont sa mère est friande et, de ce fait, il sait que le monde dans lequel il va bientôt débarquer est loin d’être parfait. Car au fil des mois, il a aussi clairement compris que sa mère trompait son père avec Claude, le frère de ce dernier...

Une histoire qui ne tardera pas à rappeler l’une des plus célèbres tragédies de Shakespeare, les amants ayant fomenté un affreux projet: supprimer l’encombrant mari qui a hérité de la demeure familiale, une ruine de style georgien située au cœur de Londres valant aujourd’hui plusieurs millions de livres sterling. Bien avant de pousser ses premiers cris, le narrateur devra donc trouver le moyen de contrecarrer ce funeste plan et, sincèrement, on a eu beaucoup de plaisir à découvrir ce qu’un simple fœtus pouvait parfois avoir dans le ventre!

À lire aussi cette semaine

L’informateur

John Grisham, aux Éditions JC Lattès, 430 pages
Photo courtoisie
John Grisham, aux Éditions JC Lattès, 430 pages

Lacy Stoltz et Hugo Hatch travaillent tous deux pour le Board on Judicial Conduct, le service de l’inspection judiciaire. Lorsqu’un ancien avocat ayant fait six mois de ­prison pour fraude leur ­apprendra qu’un magistrat de l’État de Floride s’en met plein les poches en ­accommodant un gang de mafieux, ils devront donc tirer toute cette affaire au clair... au péril de leur vie. Dans l’ensemble, un ­Grisham assez moyen.

Daddy Love

Joyce Carol Oates, aux Éditions Points, 288 pages
Photo courtoisie
Joyce Carol Oates, aux Éditions Points, 288 pages

D’un roman à l’autre, l’Américaine Joyce Carol Oates a toujours le chic de nous secouer. Et cette fois, elle y parvient de manière particulièrement brutale en nous obligeant à assister «en direct» à l’enlèvement du petit Robbie, 5 ans. Kidnappé par un pasteur itinérant prêchant essentiellement la pédophilie, Robbie passera ainsi les sept années suivantes de sa vie à satisfaire les besoins d’un malade. Un roman dur qui frappe et qui choque.

Vivez au bon rythme

Michael Breus, aux Éditions de  l’Homme, 392 pages
Photo courtoisie
Michael Breus, aux Éditions de l’Homme, 392 pages

Grâce à ce livre, on saura assez vite quel est notre chronotype (dauphin, lion, ours ou loup). Et ce faisant, on pourra ensuite réorganiser nos journées en fonction de notre propre rythme biologique, ce dernier différant d’une personne à l’autre. Car, aussi étonnant que cela puisse paraître, tout le monde ne devrait pas ­souper, conclure une affaire, étudier, faire du sport ou ­passer un entretien d’embauche aux mêmes heures.

Le tour de la Gaspésie à vélo

François Bouchard, aux Éditions Modus Vivendi, 152 pages
Photo courtoisie
François Bouchard, aux Éditions Modus Vivendi, 152 pages

C’est en faisant le tour de la Gaspésie à vélo avec sa conjointe que le journaliste François Bouchard a eu l’idée d’écrire ce guide, dans lequel il explique consciencieusement tout ce qu’on devrait absolument savoir avant de commencer, nous aussi, à pédaler du côté de Grande-Vallée, de Percé ou de Paspébiac. De l’équipement requis aux meilleures adresses de camping, un ­outil qui nous permet de ne rien laisser au hasard.

Frissons garantis

<i>À sa place</i></br>  
Ann Morgan, aux Éditions Presses de la Cité, 416 pages
Photo courtoisie
À sa place
Ann Morgan, aux Éditions Presses de la Cité, 416 pages

Toutes les jumelles identiques du monde se sont probablement un jour prêtées à ce jeu: se faire passer pour l’autre. Chez les Sallis, c’est ­Helen qui en aura l’idée. Habituée à commander et à réussir tout ce qu’elle entreprend, elle forcera donc sa sœur Ellie, l’empotée de ce ­tandem de 6 ans, à échanger ses habits avec les siens et à troquer ses couettes contre une tresse, leur coiffure permettant à la plupart des gens de les distinguer au premier coup d’œil. Mais ce qui ne devait être qu’une simple plaisanterie ­finira par se retourner assez vite contre Helen. À sa plus grande ­surprise, Ellie jouera si bien son rôle que même leur mère n’y verra que du feu. Pire encore? Ellie refusera de revenir en arrière pour retrouver sa véritable identité, car être dans la peau d’Helen lui offre un monde de possibilités. Une situation qui, à force de se prolonger, plongera la véritable Helen dans les affres de la dépression et des troubles de la personnalité. Peu importe ce qu’elle dira ou ce qu’elle fera, elle continuera à se faire appeler Ellie.

Un bon thriller psychologique qu’on aurait pu encenser ­chaudement... si le dénouement avait réussi à nous donner des sueurs froides!