/travel/destinations
Navigation

Pointe-au-Père: découvrir l’histoire de l’Empress of Ireland

Coup d'oeil sur cet article

Le naufrage de l’Empress of Ireland, survenu dans la nuit du 29 mai 1914 au large de Pointe-au-Père, près de Rimouski, est passé inaperçu dans l’actualité de l’époque, à cause du déclenchement de la Première Guerre mondiale au cours de l’été 1914... Pourtant, «cette tragédie survenue deux ans après le naufrage du Titanic fait partie des plus grandes catastrophes maritimes du début du 20e siècle», affirme Annemarie Bourassa du Site historique maritime Pointe-au-Père.

Avec un nouveau musée et une salle d’exposition de 3800 pieds carrés, ­inaugurés le 29 mai dernier, jour du 103e anniversaire du naufrage, le Site historique maritime Pointe-au-Père fait revivre l’histoire de cette terrible tragédie.

Ce navire transatlantique de la Canadian Pacific Steamship, qui assurait la liaison régulière entre Québec et Liverpool en Angleterre, en était à sa 192e traversée, lorsque, au milieu d’un épais banc de brume, il fut frappé sur le côté droit par le charbonnier norvégien Storstad qui remontait le fleuve en direction de Montréal. L’Empress coula en 14 minutes, à 13 kilomètres de la côte, emportant avec lui 1012 victimes parmi les 1477 passagers qu’il transportait. Des 138 enfants à bord, seulement quatre survécurent.

La nouvelle exposition débute avec l’épave du navire, incliné sur son flanc. Puis tout le long d’un parcours, ponctué d’objets, de maquettes, photos et bornes interactives, nous remontons le cours de l’histoire. Tout d’abord l’histoire des plongées et surtout celles qui ont suivi le naufrage: 20 scaphandriers se sont employés à remonter le coffre-fort, 318 sacs postaux, 212 lingots d’argent et 250 dépouilles.

Dans une pièce centrale représentant le navire, on peut voir à travers 14 hublots (qui représentent les 14 minutes de la tragédie) des artefacts significatifs du naufrage. On y trouve aussi la cloche de brume de l’Empress of Ireland et on y lit des récits touchants sur les passagers, tel ce couple d’amoureux en voyage de noces ou encore le témoignage de William Clark, chauffeur dans la salle des machines qui a aussi survécu au naufrage du Titanic. «Le Titanic a sombré comme un bébé qui s’endort... L’Empress a roulé comme un cochon dans la boue», image-t-il.

L’exposition regroupe de nombreux objets (chauffe-eau, bouilloire à œufs, chaudrons, trousse de barbier, bouteille de médicament...) témoins de l’époque et de la vie à bord du navire. Mais la nouvelle acquisition du musée, qui demeure inestimable pour le directeur Serge Guay, ce sont les lettres de poupe du navire: «Empress of Ireland Liverpool». Pendant deux ans, les plongeurs Dany St-Cyr et Pierre Lepage ont réussi à retrouver et remonter cette collection de lettres au terme d’une centaine de plongées à 140 pieds de profondeur. «Il n’y a rien de plus précieux», ­souligne M. Guay. Enfin la dernière salle d’exposition apporte un éclairage sur l’époque des navires ­transatlantiques; L’Empress of Ireland, pour sa part, construit en 1906 dans un chantier en Écosse, se démarquait par sa rapidité et il était populaire auprès de toutes les classes sociales. Un spectacle multisensoriel permettant de revivre l’atmosphère du dernier voyage de l’Empress complète cette exposition.

Le nouveau musée réalisé au coût de 1,8 million $ s’ajoute aux installations du Lieu historique national du Phare-de-Pointe-au-Père qui inclut le phare de 1909, la maison du gardien, le hangar de la corne de brume et le sous-marin Onondaga.

 

Repères

Dormir : Le Saint-­Germain, en plein cœur du centre-ville de ­Rimouski, à quelques pas du fleuve. Un hôtel-­boutique qui offre un confort douillet dans une ambiance accueillante.

Boire et manger : Le Sang Royal, bar à vin. Pour un grand assortiment de vins et pour des produits régionaux tels le bœuf de la Ferme du Broutard, le bison de Saint-Jean-Port-Joli et aussi la crème glacée au crabe.

À FAIRE

Parc national du Bic : Kayak autour des îles du Bic, randonnée pédestre, vélo dans le parc, activités de découverte en compagnie de naturalistes. Sepaq.com/bic

Le Canyon des Portes de l’Enfer : On se balade sur la plus haute passerelle suspendue au ­Québec (63 m) pour admirer la rivière Rimouski et les gigantesques parois d’un canyon long de 5 kilomètres. On ­descend aux enfers dans un escalier de 300 marches et on admire une chute haute de 20 mètres.

Canyonportesenfer.qc.ca