/entertainment
Navigation

Perreau endiablé

Yann Perreau a offert un concert très énergique à la Place des Festivals

Coup d'oeil sur cet article

On le répète depuis des années, Yann Perreau est une véritable bête de scène. Lundi, dans son concert extérieur aux FrancoFolies, l’artiste a encore une fois mis la foule dans sa poche arrière, comme lui seul sait le faire.

Au lendemain de sa participation au concert hommage à Richard Desjardins­­, Yann Perreau était de retour sur la scène Bell, cette fois-ci en tête d’affiche.

Avec une autre superbe météo extérieure, mais une Place des Festivals malheureusement très peu bondée, l’auteur-compositeur a pris le contrôle de la soirée avec un spectacle ponctué de moments originaux.

D’entrée de jeu, Perreau a fait un joli clin d’œil au regretté Leonard Cohen en livrant sa propre reprise de Dance Me to the End of Love.

Puis, après une vitaminée Baby boom, le chanteur a accueilli sa première invitée de la soirée: Laurence Nerbonne. Le duo a livré une Barcelone plutôt corrosive, ponctuée par un solo très senti de Perreau à l’harmonica.

Annonçant que le concert était filmé pour la télé (il sera diffusé sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé en septembre), Yann Perreau s’est permis un long bain de foule, durant Conduis-moi. Pendant le morceau, il était filmé par une caméra postée sur lui.

Énergie contagieuse

Appuyé par des projections reprenant certains de ses vidéoclips, ainsi que des lumières disposées de façon circulaire en sorte de cible géante, Yann Perreau était visiblement là pour divertir les quelques milliers de spectateurs présents.

Le chanteur a principalement offert des chansons de ses trois derniers albums, mettant complètement de côté son premier disque, Western Romance. Titre de son deuxième disque, Nucléaire, La vie n’est pas qu’une salope a mis un peu de rock dans la soirée, de même que l’excellente Le bruit des bottes.

Ne restant que très rarement sur place, Yann Perreau s’est allègrement promené sur la scène, tout le concert, les bras en l’air, dansant à tout rompre. Son énergie sur les planches était contagieuse et quelques spectateurs se sont aussi laissés aller à des déhanchements.

Avec une belle générosité, Perreau a aussi laissé la place à chacun de ses invités (Philippe Brach, avec Bonne journée, Laurence Nerbonne, avec Montréal XO, et Pierre Kwenders, avec Ani Kuni) pour qu’ils interprètent­­ chacun une de leur propre chanson. Une belle visibilité pour ces artistes qui le méritent amplement­­.

Au moment d’écrire ces lignes, Yann Perreau n’avait pas encore joué ses deux succès, J’aime les oiseaux et Beau comme on s’aime. Mais avec le début de sa prestation, l’auteur-compositeur­­ avait déjà fait honneur à sa réputation d’entertainer.

Sur le même sujet