/misc
Navigation

Tourne la page!

Coup d'oeil sur cet article

C’est comme si les péquistes s’étaient tous passé le mot. On ne parle plus DE Québec solidaire, mais on parle À la clientèle de Québec solidaire.

Pour le premier événement militant péquiste depuis le violent rejet de la convergence, tant les membres que les élus ont majoritairement ravalé leur rancoeur.

Il y a bien eu Sylvain Gaudreault, qui a lancé un crochet (du gauche) en qualifiant les solidaires d’extrémistes.

Mais le post-mortem sur la «feuille de route» pour le OUI Québec et les pactes électoraux, tenus à huis clos, n’a pas été la séance de défoulement anticipée, selon nos informations.

Même à micro fermé dans les corridors, «on est passés à autre chose» semblait la consigne à répéter.

Les péquistes souhaitent seulement que les Québécois retiennent le visage qu’a montré QS.

«Ils se sont définis mieux qu’on aurait pu le faire nous-mêmes», a illustré un député du 450.

Il hésite à le dire clairement, mais laisse entendre que pour lui, une alliance avec Gabriel Nadeau-Dubois n’aurait pas été «payante».

Comme si la tentative péquiste de danser un slow avec le jeune gourou de la gauche ne visait que le bien de la patrie!

LA JOIE DU CÉLIBAT

Le refus maintenant essuyé, possible que certains cherchent à se convaincre que le célibat, c’est mieux! Tant de possibilités à explorer. La liberté, quoi!

«On est délestés d’un poids, on va faire nos affaires et on regarde en avant», a résumé une élue.

Alors le PQ fait le choix de labourer avec énergie le terrain de jeux de QS.

Virage vert complet, rapprochement avec les communautés culturelles, lutte contre la pauvreté.

Les électeurs à gauche auront le choix, en octobre 2018. Ils pourront juger...vert pâle, ou vert foncé? Progressiste un peu, beaucoup ou «au coton».

Jean-François Lisée a attaqué tant libéraux que caquistes, qu’il a cherché à mettre dans le même panier. Même s’il repousse la tenue d’un éventuel referendum à 2022, le chef péquiste a fait miroiter qu’un Québec pays serait un «feu d’artifice permanent».

Et dans son discours de huit pages, il a pris soin de ne jamais prononcer ces deux mots: Québec solidaire.