/news/currentevents
Navigation

Tuerie au camping naturiste: son ex jaloux était devenu une bombe à retardement

Un proche du couple assassiné dans un camping naturiste leur avait dit de s’acheter un fusil

Double meurtre
Photo collaboration spéciale, Éric Beaupré Les trois corps ont été retrouvés dans une résidence du camping naturiste du Centre-du-Québec, près de Drummondville.

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-BRIGITTE-DES-SAULTS | Des proches des victimes assassinées dans un camping naturiste du Centre-du-Québec avaient tenté de les convaincre de s’acheter un fusil pour se défendre contre la menace d’un ex jaloux.

Suzanne Gareau, 50 ans, venait de quitter son conjoint, Denys Carpentier, 76 ans, pour le meilleur ami de son ex, Rodrigue Tremblay, 77 ans.

Suzanne Gareau, victime
Photo Facebook
Suzanne Gareau, victime

Le conjoint n’a pas accepté la rupture et a assassiné le nouveau couple pour ensuite s’enlever la vie au camping naturiste Adam et Ève de Sainte-Brigitte-des-Saults près de Drummondville, qui a la réputation d’être également fréquenté par des échangistes.

La SQ confirme la thèse du double meurtre suivi d’un suicide, possiblement lié à une histoire de triangle amoureux.

Bombe à retardement

<b>Denys Carpentier</b><br />
Présumé assassin
Photo Facebook
Denys Carpentier
Présumé assassin

Depuis la rupture, Denys Carpentier aurait proféré des menaces de mort au nouveau couple, au point où Rodrigue Tremblay avait commencé à barrer les portes de sa résidence.

«Je lui ai même suggéré de se procurer une arme», a dit Michel Aubry, un des meilleurs amis de Rodrigue Tremblay.

Le nouvel amoureux voulait plutôt tenter de discuter et d’amadouer M. Carpentier, qui était un de ses bons amis.

«Fais attention! Le moral de Carpentier est comme une montagne russe», l’avait cependant prévenu M. Aubry.

La fin de semaine dernière, le trio a partagé un bain-tourbillon et MM. Tremblay et Carpentier semblaient s’être réconciliés. Ils circulaient sur le site du camping en voiturette, en saluant tout le monde.Pourtant, les trois individus ont été retrouvés sans vie, lundi, dans la résidence de l’échangiste. «Ils avaient des traces de violence sur le corps», a dit Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ.

Il y a environ trois mois, Rodrigue Tremblay a appris qu’il souffrait du cancer de la prostate. Il devait se rendre à Sherbrooke plusieurs fois par semaine pour ses traitements et il arrêtait en chemin à Drummondville chez son grand ami, Denys Carpentier. Sa conjointe, Mme Gareau, lui a offert de l’accompagner dans ses transports.

Pierre Spénard et Michel Aubry avaient averti le nouveau couple du danger qui les guettait.
Photo courtoisie
Pierre Spénard et Michel Aubry avaient averti le nouveau couple du danger qui les guettait.

«M. Carpentier était très jaloux. Rodrigue était le seul gars avec qui il acceptait de laisser partir sa conjointe», affirme Michel Aubry.

Rock’n roll

La meilleure amie de Denys Carpentier, Céline Lachapelle, se demande pourquoi celui-ci ne l’a pas appelée pour lui dire que ça n’allait pas avec Mme Gareau. «On ne comprend toujours pas ce qui s’est passé pour qu’il commette l’irréparable. On tombe en bas de notre chaise», a-t-elle dit.

Selon elle, Denys Carpentier n’était pas un homme violent ou jaloux. Mme Lachapelle croit que M. Carpentier n’avait jamais réussi à trouver son autre moitié et qu’il avait l’air de l’avoir enfin trouvé avec Suzanne.

La fille du présumé meurtrier, Josée Carpentier, se trouvait à la résidence de son défunt père, mardi. Elle n’avait pas fermé l’œil de la nuit.

«C’est rock’n roll», exprime-t-elle.

Elle disait recevoir l’information «par petits bouts» et préférait ne rien commenter.

– En collaboration avec Claudia Berthiaume