/news/politics
Navigation

Trudeau sous pression pour bloquer la vente à la Chine d’une technologie canadienne

Coup d'oeil sur cet article

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau est sous le feu des critiques de l’opposition au Parlement qui a réclamé mardi le rejet, au nom de la sécurité nationale, de la vente à un groupe chinois de la société canadienne d’équipements et de transmissions satellites Norsat International.

Le gouvernement a approuvé début juin l’achat de Norsat par Hytera Communications au terme, selon Justin Trudeau, «d’une évaluation attentive» des risques en matière de sécurité nationale.

Mais les partis d’opposition, deux anciens hauts responsables des services de renseignement, ainsi qu’une commission du Congrès américain ont exprimé leur vive préoccupation concernant la vente de Norsat, qui compte parmi ses clients le Pentagone et l’armée de Taïwan.

La transaction est pour l’instant en suspens, Norsat ayant accepté lundi d’examiner une offre hostile d’un fonds spéculatif américain, supérieure de 2% aux 66 millions de dollars américains proposés par la société chinoise.

«Le Premier ministre compromet notre sécurité nationale», a accusé mardi le chef de l’opposition conservatrice, Andrew Scheer.

«Nos experts en sécurité nationale ont évalué la transaction et la technologie (concernée) et conclu qu’il n’y avait pas de préoccupations concernant la sécurité nationale», a assuré le Premier ministre en refusant de revenir sur le feu vert de son gouvernement.

«En plus, nous consultons nos alliés et dans ce cas précis, nous avons directement consulté les États-Unis», a ajouté M. Trudeau lors de la séance des questions à la chambre des Communes.

L’opposition soupçonne le gouvernement d’avoir rapidement approuvé la cession pour plaire à la Chine, avec qui le Canada envisage de conclure un accord de libre-échange.

Les conservateurs comme les sociaux-démocrates réclament un examen complet des risques, conformément à la loi sur les investissements étrangers au Canada.

«Comment le Premier ministre peut-il prétendre qu’il n’y avait pas de préoccupations pour la sécurité nationale s’il n’y a jamais eu d’examen en matière de sécurité nationale», a tonné le chef de l’opposition sociale-démocrate, Thomas Mulcair.

«L’approbation par le Canada de la vente de Norsat à une entité chinoise soulève des inquiétudes significatives pour la sécurité nationale des États-Unis puisque la compagnie est un fournisseur de nos armées», avait confié au quotidien Globe and Mail lundi Michael Wessel, membre d’une commission du congrès chargée d’examiner les relations économiques et en matière de sécurité avec la Chine.