/finance/business
Navigation

Bars et restaurants: Québec va de l’avant avec un permis d’alcool unique

Bars et restaurants: Québec va de l’avant avec un permis d’alcool unique
Photo d'archives JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Le permis d’alcool unique pour les propriétaires de bars et de restaurants devient réalité. Le gouvernement Couillard en fait l’annonce mercredi à Québec.

«C’est un apéritif pour l’industrie. Ça va simplifier la vie des propriétaires de bars et de restaurants», a indiqué le ministre de la Sécurité publique et responsable de la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), Martin Coiteux, lors d’un point de presse sur la Grande-Allée.

La réforme des permis d’alcool, pourtant annoncée en mars 2015 par le gouvernement Couillard, permettra dorénavant aux proprios de bars et de restaurants de réaliser des économies importantes lors du renouvellement de leur licence, peu importe le nombre de pièces dans leur établissement.

«Dans mon cas, on peut parler d’économies qui atteindront facilement les 2000 $», a signalé au Journal le propriétaire du restaurant Chic Alors de Cap Rouge, Hugues Philippin.

Au Québec, les propriétaires de bars et de restaurants doivent détenir un permis d’alcool pour chaque pièce ou terrasse de leur établissement licencié.

Depuis plusieurs années, la mesure du permis unique d’alcool était réclamée par l’industrie des bars et des restaurants pour réduire leurs coûts d’exploitation de leur établissement.

«On accueille cette annonce comme une bouffée d’oxygène pour notre industrie», a fait valoir le directeur général de l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ), François Meunier.

Selon le gouvernement du Québec, la tarification pour le permis unique sera ajustée à la nouvelle règlementation qui entrera en vigueur au cours des prochains mois.