/news/health
Navigation

Des cancers du cerveau inexplicables

Trois fois plus de cas à Gros-Mécatina qu’ailleurs

Coup d'oeil sur cet article

GROS-MÉCATINA | Après avoir analysé les appareils médicaux du village, les œufs de goélands, l’eau et l’air, le mystère plane toujours sur le nombre de cas anormalement élevé de cancer du cerveau chez les habitants d’une petite municipalité de la Côte-Nord.

En 10 ans, quatre habitants de Gros-Mécatina, un petit village de 500 personnes de la Basse-Côte-Nord, ont été atteints du cancer du cerveau, soit trois fois et demie plus qu’ailleurs.

La Direction de la santé publique a donc fait une enquête exhaustive, mais n’a pas réussi à identifier de causes.

De nombreuses analyses ont été menées dans le village pour tenter de comprendre le phénomène. Le seul facteur environnemental reconnu pouvant expliquer le cancer du cerveau est la radiation. Au terme des recherches, aucune source active n’a été trouvée à Gros-Mécatina. Rien à ce jour ne permet donc d’expliquer la situation, mais la santé publique assure que le village est sécuritaire.

«Ce n’est pas plus dangereux de rester à Gros-Mécatina en 2017 que n’importe où ailleurs dans la province», dit le Dr Stéphane Trépanier, directeur de la santé publique du CISSS Côte-Nord.

Œufs de goélands

À un moment, on avait soupçonné les œufs de goélands qui sont traditionnellement consommés par les gens de la région. Dans les années 1990, une étude avait démontré que leur consommation avait entraîné un taux de mercure et de BPC sept fois plus élevé dans le sang des résidents de Gros-Mécatina qu’ailleurs au Québec. Des œufs ont à nouveau été analysés par la santé publique qui a conclu qu’ils ne seraient pas en cause, puisqu’on y a décelé moins d’éléments toxiques.

«Il faudrait aujourd’hui que les gens mangent huit œufs pour avoir le même effet qu’un seul œuf pouvait engendrer à l’époque», explique le Dr Trépanier.

Ce dernier s’est également attardé à la conformité des appareils médicaux, dont l’appareil de radiographie du dentiste du village.

Les sources d’eau ont aussi fait l’objet d’analyses, de même que l’air. La présentation du rapport des analyses menées a eu l’effet d’un grand soulagement dans la petite communauté, selon le maire.