/news/education
Navigation

Une élève de 6 ans menace des camarades avec un couteau

Il ne s’agirait pas d’une élève avec des troubles de comportement

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-PIE | Une fillette d’à peine six ans s’est présentée à son école avec un couteau de cuisine avec lequel elle aurait menacé de mort des collègues.

L’événement est survenu mardi sur l’heure du midi à l’école primaire au Cœur-des-Monts à Saint-Pie, en Montérégie.

Une chicane entre plusieurs amies aurait éclaté lundi. La fillette aurait voulu régler le conflit en apportant le couteau à l’école.

Plusieurs enfants ont été traumatisés par l’événement, selon une mère de famille interrogée par Le Journal.

Frustration

«Ce matin (mercredi), ma fille m’a raconté que mercredi Juliette (nom fictif) lui avait dit qu’elle voulait les tuer», a raconté la mère d’une des présumées victimes, dont on doit taire le nom pour protéger l’identité des enfants impliqués.

Plusieurs parents ont dénoncé la réaction de l’école qui n’aurait pas pris l’événement assez au sérieux, selon eux. D’ailleurs, l’élève qui a apporté le couteau était toujours en classe mercredi. La direction de l’école a cependant cru bon l’emmener dans une autre cour d’école pour la récréation afin d’assurer sa sécurité et celle des autres élèves.

Des parents se posent plusieurs questions et croient que l’école a banalisé l’événement en raison de l’âge de la fillette, qui ne peut d’ailleurs pas être accusée en raison de son âge.

Les parents se demandent comment aborder le sujet avec leurs enfants et disent que l’école ne les a pas aidés à ce niveau.

Dans une lettre envoyée aux parents mardi, la direction a écrit qu’«un incident est survenu sur la cour de récréation», que «la sécurité des élèves n’a jamais été en jeu et «qu’il se peut donc que votre enfant vous en parle puisque quelques élèves de l’école ont été témoins de la situation».

«C’était quoi l’incident? L’équipe est intervenue à quel niveau? Auprès de qui? Est-ce que c’était dangereux? Pourquoi une lettre, mais sans explications?» s’est interrogée une mère furieuse, qui raconte que cette lettre n’avait fait qu’augmenter son anxiété et ses questionnements.

Suivi

La conseillère en communications de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, Hélène Dumais, a tenu à rassurer les parents. Elle confirme que les parents de l’enfant de six ans collaborent très bien avec l’école et que ce n’est pas une élève avec des troubles de comportement.

«Aujourd’hui, une psychologue et une psychoéducatrice sont disponibles tant pour les élèves que pour les parents qui en auraient besoin», a-t-elle dit.